21 mai 2008 / 13:27 / dans 10 ans

Sommet TMT: SFR ne voit pas de ralentissement du marché français

par Cyril Altmeyer

<p>D'apr&egrave;s Frank Esser, P-DG de SFR, l'op&eacute;rateur n'a pas constat&eacute; de ralentissement du march&eacute; fran&ccedil;ais de la t&eacute;l&eacute;phonie mobile au deuxi&egrave;me trimestre. /Photo prise le 21 mai 2008/REUTERS/Mal Langsdon</p>

PARIS (Reuters) - SFR ne constate pas de ralentissement du marché français de la téléphonie mobile au deuxième trimestre, a déclaré Frank Esser, le P-DG du deuxième opérateur français.

“Le marché français est toujours en croissance. Nous ne constatons pas de ralentissement du marché au deuxième trimestre”, a-t-il dit lors du sommet TMT (Télécoms, médias, technologie) organisé par Reuters à Paris. “Nous restons prudents sur les perspectives pour l‘ensemble de l‘année”, a-t-il ajouté, sans souhaiter fournir de prévisions.

Au premier trimestre, SFR, dont Vivendi détient 56% et Vodafone le solde, a enregistré une hausse de 4,1% de son chiffre d‘affaires dans la téléphonie mobile, à 2,18 milliards d‘euros, grâce au succès des offres 3G “Illimythics”, qui totalisaient 350.000 clients en février avant d’être relancées en avril. Frank Esser n‘a pas fourni de chiffres actualisés.

Il a réaffirmé l‘intérêt de SFR pour des fréquences 3G supplémentaires si le gouvernement renonçait à attribuer la quatrième licence mobile 3G à un seul opérateur. Matignon a annoncé fin avril avoir commandé à l‘autorité des télécoms (Arcep) une consultation publique sur le sujet, qui doit déboucher sur une proposition d‘ici le 30 septembre.

SFR, qui a pris en avril le contrôle de Neuf Cegetel dont il détient désormais 80%, mène depuis lundi et jusqu‘au 13 juin une offre sur le solde du capital de l‘opérateur, à un prix de 35,90 euros par action, ajustée du dividende de 0,60 euro versé aux actionnaires de Neuf Cegetel le 2 mai. Frank Esser s‘est montré très optimiste sur le succès de l‘offre, déclarant qu‘elle recevait un bon accueil.

L‘entité fusionnée devrait ensuite être présentée au personnel avant l’été et au grand public à la rentrée, a précisé Frank Esser, réaffirmant l‘objectif de 100 à 300 millions d‘euros de synergies annuelles.

La fusion entre SFR et Neuf Cegetel donnera naissance à un nouveau poids lourd des télécoms en France, avec un chiffre d‘affaires combiné de plus de 12 milliards d‘euros, apte à concurrencer France Télécom au moment où s‘engagent les investissements dans la fibre optique.

“Nous sommes bien préparés pour être plus qu‘un challenger face à France Télécom”, a déclaré Frank Esser.

PRÊT À INVESTIR PLUS DANS LA FIBRE

SFR et Neuf Cegetel prévoient d‘investir au total 450 millions dans la fibre optique et de raccorder un million de foyers sur la période 2007-2009.

“Nous sommes disposés à investir plus dans la fibre”, a dit Frank Esser, sans préciser quel serait le montant supplémentaire.

En offrant des débits largement supérieurs à l‘ADSL, la fibre optique permet de multiplier les usages simultanés dans un même foyer de services très consommateurs en bande passante, comme la télévision haute définition ou les jeux vidéo en réseau.

“Le développement des services via la fibre optique décollera vraiment en France en 2010”, a estimé Frank Esser.

Il a dit espérer “dès que possible” des décisions règlementaires sur l‘accès aux fourreaux de France Télécom et aux équipements au pied des immeubles.

“Une fois un immeuble fibré, il doit y avoir un accès pour tous les opérateurs, de même qu‘il n‘est pas possible qu‘il y ait deux ou trois opérateurs en train de fibrer le même immeuble”, a-t-il expliqué. “Si ces conditions ne sont pas réunies il y aura à nouveau un monopole, étant donné que France Télécom déploie très rapidement de la fibre”.

Dans une interview au Figaro, Louis-Pierre Wenes, directeur général d‘Orange France, fait état de son côté d‘un rythme de déploiement “raisonnable”, avec 10.000 clients abonnés à la fibre actuellement. Il précise que l‘opérateur n‘exclut pas de porter plainte contre les concurrents qui s‘installent sur son réseau sans l‘avertir et qu‘il n‘est pas question qu‘Orange en assure le financement pour tous les autres.

“Il faut éviter que France Télécom utilise des bénéfices issus de son ex-monopole pour les investir dans des secteurs concurrentiels comme la fibre et les contenus”, a également observé Frank Esser.

Orange lancera au quatrième trimestre une offre de cinéma et de séries basée sur des contrats d‘exclusivité signés notamment avec Warner, la chaîne câblée américaine HBO et Gaumont.

“Nous voulons offrir un accès total à tout les contenus à nos clients”, a-t-il rappelé, critiquant le principe d‘exclusivités. “C‘est un peu comme si, pour la musique, un client devrait être abonné à un opérateur pour écouter Madonna et à un autre pour écouter Radiohead”.

Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below