25 septembre 2012 / 05:27 / dans 5 ans

Le gouvernement demande à Facebook de s'expliquer devant la CNIL

PARIS (Reuters) - Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif et Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée notamment de l‘Economie numérique, ont demandé à la direction de Facebook France de s‘expliquer dès mardi devant la CNIL après un bug apparu dans le “journal” d‘utilisateurs français du réseau social.

<p>Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif et Fleur Pellerin, ministre d&eacute;l&eacute;gu&eacute;e charg&eacute;e notamment de l'Economie num&eacute;rique, ont demand&eacute; &agrave; la direction de Facebook France de s'expliquer d&egrave;s ce mardi devant la CNIL apr&egrave;s un bug apparu dans le "journal" d'utilisateurs fran&ccedil;ais du r&eacute;seau social. /Photo prise le 11 janvier 2012/REUTERS/Robert Galbraith</p>

Dans un communiqué diffusé dans la nuit de lundi à mardi, les deux ministres précisent qu‘ils ont eu “plusieurs échanges avec la direction de Facebook France au sujet d‘une possible défaillance technique survenue (...) au moins depuis la mi-journée”.

Facebook France a démenti lundi soir toute faille dans la sécurité des données à la suite de l‘apparition d‘anciens messages sur le “journal” des utilisateurs.

Selon le quotidien Metro, un bug “non systématique” de Facebook rendait public depuis l‘après-midi des messages privés anciens -datant de plusieurs années- sur le “journal” d‘utilisateurs.

Après enquête, le groupe a confirmé l‘apparition de données anciennes, mais démenti qu‘il s‘agisse de messages privés.

“Une minorité d‘utilisateurs de Facebook s‘est inquiétée en voyant s‘afficher des messages qu‘ils pensaient privés sur leur journal (Timeline)”, a déclaré un porte-parole de Facebook France.

“Les ingénieurs de Facebook ont analysé ces requêtes et confirmé que les messages en question étaient des anciennes publications, visibles précédemment sur leur profil. Facebook affirme qu‘il n‘y a eu aucune faille dans la sécurité des données des utilisateurs”, a-t-il ajouté.

Selon Metro, des échanges destinés à rester entre deux personnes ou un groupe de membres étaient désormais accessibles à l‘ensemble des connaissances. Il pouvait s‘agir de messages envoyés entre deux utilisateurs ou de conversations sur le “chat” interne à Facebook.

Certains membres ont constaté le problème, d‘autres non, poursuivait le quotidien. De même, certains ne voyaient pas leurs propres messages mais constataient la présence de ces conversations censées rester discrètes sur le profil public d‘un interlocuteur.

Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin ont souhaité “que des explications claires et transparentes soient apportées sans délais” et demandé à “connaître la nature exacte du problème”.

Les deux ministres jugent que l‘incident “souligne une fois de plus l‘importance de la protection des données personnelles dans l‘univers numérique et le manque de transparence quant au traitement de ces données par un acteur tel que Facebook”.

“Les ministres ont par conséquent demandé à la direction de Facebook de s‘expliquer dès demain (mardi) auprès de la CNIL, institution qui protège les données personnelles de nos concitoyens”.

Gérard Bon et Pierre Sérisier

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below