28 février 2012 / 16:23 / il y a 6 ans

Facebook pourrait s'associer aux opérateurs sur les paiements

par Georgina Prodhan

<p>Facebook pourrait s'associer avec des op&eacute;rateurs t&eacute;l&eacute;coms pour faciliter les paiements dans les applications sur mobile, un segment o&ugrave; Apple et Google se taillent la part du lion. /Photo d'archives/REUTERS/Michael Dalder</p>

BARCELONE (Reuters) - Facebook a annoncé qu‘il pourrait s‘associer avec des opérateurs télécoms pour faciliter les paiements dans les applications sur mobile, un segment où Apple et Google se taillent la part du lion.

“Facebook et le monde du mobile sont fait pour s‘entendre”, a déclaré Bret Taylor, directeur technologique de Facebook, dans le cadre du Congrès mondial du mobile, à Barcelone.

Dans un communiqué publié sur son site internet, le réseau social déclare qu‘il “travaille avec des opérateurs de par le monde pour minimiser le nombre d’étapes nécessaires pour réaliser une transaction dans les applications internet mobiles”.

Il cite les opérateurs suivants: le français Orange, le britannique Vodafone, l‘allemand Deutsche Telekom et sa filiale américaine T-Mobile USA, l‘espagnol Telefonica, les américains AT&T, et Verizon, ainsi que les japonais Softbank et KDDI.

Les opérateurs pourraient ainsi jouer un rôle crucial en intervenant au niveau de la facturation d‘applications sur Facebook et empocher par exemple les commissions perçues par Apple et Google via leurs kiosques en ligne, qui s’élèvent à 30%, a laissé entendre Bret Taylor lundi.

Le réseau social compte en outre peser de tout son poids pour qu’évoluent les technologies internet permettant à l‘avenir d‘acheter des applications directement à partir d‘un navigateur web plutôt que sur un kiosque propriétaire, a ajouté le dirigeant.

Les opérateurs mobiles pourraient ainsi aider Facebook à accroître les revenus qu‘il tire de ses centaines de millions d‘utilisateurs mobiles qui achètent des jeux ou de la musique via sa plate-forme.

Les opérateurs mobiles ont en effet été peu à peu évincés de leur propre pré carré au fil des années par des entreprises internet qui s‘adressent directement à l‘internaute, occupent les réseaux par des services gourmands en bande passante, et concurrencent directement les services de télécommunications avec des offres en ligne.

Les services gratuits d’échanges de photos, de vidéos ou de conversation en ligne sont par exemple autant de bâtons dans les roues des services de messagerie SMS.

Dans les documents de présentation de sa future entrée en Bourse, Facebook indique que plus de la moitié de ses 845 millions d‘utilisateurs accèdent au réseau social à partir d‘un appareil mobile.

Si l‘avenir de la firme de Palo Alto passe effectivement par le mobile, reste à trouver le moyen d‘en matérialiser les sources de revenus puisque la majeure partie de ses 3,7 milliards de chiffre d‘affaires de 2011 provenait de la publicité à destination des utilisateurs d‘ordinateurs de bureau.

Andrew Collinson, directeur de recherche pour le cabinet de consultants STL Partners, estime que les opérateurs devront parier avec précaution sur leur avenir commun avec Facebook.

“A court terme, Facebook est un bon allié pour les entreprises télécoms. Le danger, à mon avis, est qu’à un moment ou à autre il devra évoluer dans les communications pour justifier sa valorisation”, prévient-il.

Avec Leila Abboud; Patrice Mancino pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat et Jean Décotte

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below