19 août 2011 / 13:25 / il y a 6 ans

Les PC de Hewlett-Packard, trop gros pour être avalés d'un coup

par Lee Chyen Yee et Clare Jim

<p>La division des ordinateurs personnels de Hewlett-Packard est trop grosse pour &ecirc;tre enti&egrave;rement rachet&eacute;s par une entreprise concurrente en Asie mais des repreneurs se manifesteraient si HP d&eacute;cidait de la scinder, selon des sources industrielles. /Photo d'archives/REUTERS/Paul Yeung</p>

HONG KONG/TAIPEI (Reuters) - Les ordinateurs personnels de Hewlett-Packard sont trop gros pour être entièrement rachetés par une entreprise concurrente en Asie, mais des repreneurs se manifesteraient si HP scindait cette division, déclarent vendredi des sources industrielles.

HP, la plus grande marque mondiale d‘ordinateurs personnels (PC), a fait savoir jeudi qu‘elle explorait la possibilité de séparer la division d‘ordinateurs personnels du groupe pour en faire une nouvelle entité indépendante, dont les analystes chiffrent l‘activité entre 10 et 12 milliards de dollars.

“La taille de l‘unité PC est telle qu‘il serait improbable qu‘elle soit rachetée dans sa totalité par une seule entreprise”, estime Carter Lusher, analyste chez Ovum.

En cas de reprise totale, quoique ce scénario soit perçu comme moins probable, les repreneurs potentiels comptent plusieurs rivaux asiatiques de HP, comme le chinois Lenovo et le taïwanais Acer, ont estimé des sources industrielles.

La division des ordinateurs personnels est mal orientée, surtout dans le segment grand public, alors que l‘appétit pour les PC traditionnels s‘est tassé au profit de l‘explosion de la demande de smartphones et de tablettes multimédias.

“Tout est une question de taille dans les PC. Ces produits sont devenus une commodité, à tel point que quiconque voudrait racheter l‘activité PC de HP le fera dans une logique de gain de parts de marché”, explique une source bancaire qui n‘a pas souhaité être nommée.

L‘activité PC de HP est la moins rentable du groupe en termes de marge opérationnelle, à 5,7% de marge pour des ventes annualisées de près de 38 milliards de dollars, selon les estimations de Ticonderoga Securities.

LA PISTE LENOVO

Lenovo, le troisième vendeur mondial de PC derrière HP et Dell, dispose d‘une trésorerie de 3,8 milliards de dollars et s‘est engagé, au cours de l‘année écoulée, sur une trajectoire active d‘acquisitions.

L‘entreprise a racheté l‘allemand Medion et a lancé NEC pour vendre des ordinateurs portables au Japon.

“C‘est sensé pour Lenovo de racheter les PC de HP en termes de stratégie. Lenovo a, après tout, racheté l‘activité PC d‘IBM, même si IBM visait davantage le marché des professionnels, alors que HP s‘adresse davantage au grand public”, déclare une autre source bancaire.

Cette source a ajouté que Lenovo voulait en priorité se concentrer sur l‘intégration de Medion et de NEC avec ses propres activités. Personne n’était disponible dans l‘immédiat chez Lenovo pour commenter.

Le coréen Samsung Electronics, qui détenait 17,7 milliards de dollars de trésorerie à la fin du deuxième trimestre a également été cité parmi les candidats possibles.

“Seuls Samsung et Lenovo ont les moyens de racheter la division de HP au complet, mais il faut qu‘ils réfléchissent à sa compatibilité avec leurs propres modèles d‘affaires”, estime Vincent Chan, analyste chez Yuanta Securities.

Un porte-parole de Samsung a toutefois déclaré que l‘entreprise n’était pas intéressée par l‘activité PC de HP.

Quanta Computer, qui est quant à lui l‘un des principaux fournisseurs de HP, est perçu comme un repreneur peu probable du fait des conflits d‘intérêts avec ses autres clients qui découleraient d‘un tel rachat. Quanta n‘a pas souhaité faire de commentaire.

VENTE PAR APPARTEMENTS

D‘autres acteurs, comme l’équipementier télécoms chinois Huawei , pourraient se montrer intéressés si HP décidait de jumeler ses activités de serveurs à la vente de ses PC, ajoute l‘analyste de Yuanta Securities.

Les taïwanais Acer et Asustek n‘auraient quant à eux pas assez de trésorerie pour financer l‘acquisition, à moins que HP ne décide de scinder son activité PC pour la vendre en morceaux, disent des banquiers et des analystes.

“Nous ne sommes pas intéressés par l‘activité PC de HP. Nous restons concentrés sur nos propres activités”, a déclaré à Reuters David Chang, le directeur financier d‘Asustek.

Son concurrent Acer n’était quant à lui pas disponible pour un commentaire.

Acer opère une transition au détriment des PC pour se recentrer sur les appareils mobiles pour tirer sa croissance future, après un premier semestre mitigé au cours duquel le directeur général du groupe a quitté l‘entreprise sur fond de désaccords sur la stratégie.

Marie Mawad pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below