13 juillet 2011 / 17:05 / il y a 6 ans

Onze propositions du secteur pour accélérer le haut débit

PARIS (Reuters) - L‘Europe devrait faire preuve de souplesse en matière de réglementation et permettre aux opérateurs télécoms de faire payer les fournisseurs de contenus afin d‘accélérer le déploiement du haut débit, plaident des dirigeants de groupes télécoms.

<p>un groupe de dirigeants de groupes t&eacute;l&eacute;coms plaide pour que l'Europe fasse preuve de souplesse en mati&egrave;re de r&eacute;glementation et permette aux op&eacute;rateurs t&eacute;l&eacute;coms de faire payer les fournisseurs de contenus afin d'acc&eacute;l&eacute;rer le d&eacute;ploiement du haut d&eacute;bit. /Photo d'archives/REUTERS/Tim Wimborne</p>

Au total, onze recommandations ont été formulées par des groupes de travail pilotés par les patrons de Vivendi, Deustche Telekom et Alcatel-Lucent dans le but d‘encourager les investissements dans la construction de réseaux internet à grande vitesse.

Jean-Bernard Lévy, René Obermann et Ben Verwaayen ont présenté ces propositions ce mercredi lors d‘une réunion organisée par Neelie Kroes, la commissaire européenne chargée de l‘agenda numérique, avec une quarantaine de PDG du secteur.

“On nous a donné une mission qui était assez difficile. La réunion de cet après-midi a montré (...) qu‘on avait réussi à dégager un très large consensus”, a déclaré à Reuters Jean-Bernard Lévy à l‘issue de la réunion.

“Maintenant, il faut une action collective, des efforts de tous de façon à obtenir les résultats voulus (...). Il y a une feuille de route qui décrit de manière assez précise ce qu‘il est nécessaire de faire”, a-t-il ajouté.

Neelie Kroes s‘est montrée plus nuancée et a insisté sur la nécessité d‘augmenter le niveau des investissements.

“Toute cette ”catharsis“ parfois douloureuse n‘a pas débouché sur un avis consensuel (...) mais cela a certainement contribué à forger une compréhension mutuelle”, dit-elle dans un communiqué.

Les pouvoirs publics s‘inquiètent des retards pris dans un grand nombre de pays européens dans le déploiement du haut débit jugé crucial pour préserver la compétitivité du continent.

Dans le cadre de son “Agenda numérique 2020”, la Commission européenne s‘est pourtant fixé des objectifs ambitieux en la matière, à savoir un accès de base au haut débit pour tous les citoyens et toutes les entreprises européennes d‘ici 2013.

A l‘horizon 2020, la moitié des Européens devraient même avoir accès à une connexion de 100 megabits par seconde, plaide Bruxelles qui s‘est dit prêt à débloquer 9,2 milliards d‘euros.

Ces objectifs risquent toutefois de ne pas être atteints face à la lenteur des investissements pour l‘instant déployés, certains opérateurs n‘ayant même pas encore débuté la construction de leur réseau.

Début mars, Neelie Kroes avait réuni une première fois une quarantaine d‘acteurs, dont Apple, Google ou encore Microsoft, afin d’évoquer la question.

SEGMENTATION DU TRAFIC

Chargé de mener des consultations pour déboucher sur des propositions concrètes, les groupes de travail ont avancé plusieurs pistes dont certaines déjà connues.

Ils ont suggéré qu‘un cadre soit clairement défini au niveau européen afin que les règles du jeu soient les mêmes pour tous, tout en appelant Bruxelles à faire preuve de souplesse concernant les grosses opérations de fusion-acquisition notamment, la recherche de gains d’échelle étant l‘une des tendances lourdes à l‘oeuvre dans le secteur.

Ils ont aussi plaidé pour que l‘Europe ne fasse pas obstacle à l’émergence de nouveaux modèles économiques basés sur une segmentation plus poussée de l‘accès aux réseaux télécoms. Les opérateurs télécoms pourraient ainsi faire payer davantage ceux de leurs clients qui désirent obtenir un meilleur service.

“L‘Europe a besoin d‘entreprises saines, désireuses et capables d‘investir. Les acteurs qui ajoutent de la valeur devraient être encouragés par des mesures incitatives adaptées”, peut-on lire dans la liste des propositions.

Cette recommandation suscite toutefois des oppositions, certains estimant qu‘elle va à l‘encontre du principe de neutralité du net, selon lequel tous les flux de données sur internet doivent être traités de manière égale, et comporte le risque de créer un internet à deux vitesses..

Sur ce dernier point, qui a été l‘un des plus discutés selon des participants à la réunion, la Commission s‘est montrée ouverte à des accords commerciaux entre opérateurs tout en précisant qu‘elle mènerait une étude approfondie s‘il s‘avérait que des garde-fous étaient nécessaires pour garantir l’équité des négociations.

Gwénaelle Barzic avec Leila Abboud et Julien Toyer à Bruxelles, édité par Gilles Guillaume

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below