14 décembre 2010 / 09:39 / dans 7 ans

La nouvelle box de Free bien accueillie, triple play plus cher

par Marie Mawad

<p>Xavier Niel, PDG et fondateur du groupe Iliad, maison-m&egrave;re de Free. Le fournisseur d'acc&egrave;s &agrave; internet a pr&eacute;sent&eacute; sa nouvelle Freebox "Revolution", dont le design a &eacute;t&eacute; confi&eacute; &agrave; Philippe Starck et qui int&egrave;gre un processeur d'Intel ainsi qu'un lecteur Blue-Ray. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen</p>

PARIS (Reuters) - Free a annoncé mardi le lancement de sa nouvelle Freebox “Revolution”, un appareil techniquement plus puissant au design signé Philippe Starck grâce auquel le groupe vise un retour à ses niveaux historiques de conquête d‘abonnés dès le premier trimestre 2011.

Cette “box”, qui sera disponible début janvier, est assortie d‘une offre “triple play” - téléphone, internet et télévision - plus chère qui comprendra désormais tous les appels vers les téléphones mobiles, a ajouté le fournisseur d‘accès à internet, filiale du groupe Iliad.

“En 2002, on a inventé, et il a fallu quatre ans pour qu‘on soit copié. En 2006 (aussi). Si nous n‘inventons pas, personne ne le fera”, a déclaré Xavier Niel, le président et fondateur d‘Iliad, lors d‘une conférence de presse.

L‘appareil, dont le design a été confié à Philippe Starck, intègre un lecteur Blu-Ray, un disque dur de 250 gigaoctets, une nouvelle interface et des jeux vidéo.

Le lancement de ce nouveau boîtier, de sixième génération ou “V6”, constitue un enjeu majeur pour Free, qui fera ses débuts dans la téléphonie mobile en 2012 mais qui doit d‘ici là démontrer qu‘il peut relancer sa dynamique commerciale après avoir accusé un coup de frein ces derniers mois.

Le groupe vise, grâce notamment à la “V6”, le redressement de sa part de conquête d‘abonnés à ses niveaux historiques dès le premier trimestre 2011, soit entre 20% et 25%, a indiqué son directeur financier Thomas Reynaud, en marge de la conférence.

Face aux offres multiservices de France Télécom, SFR, ou Bouygues Telecom, qui incluent le mobile, Free a pris le pari d‘offrir les appels vers les mobiles dans son nouveau “triple play”.

“On commence à entrer dans le mobile avec cette offre”, a déclaré Thomas Reynaud, également en marge de la conférence.

Dans la nouvelle offre, le dégroupage total, auparavant gratuit dans l‘offre Free, sera facturé 5,99 euros en plus du prix de base de 29,99 euros.

Le titre Iliad a accéléré sa hausse dans l‘après-midi pour clôturer en progression de 2,82%, à 84 euros, après avoir gagné 3,14% lundi.

OFFRE “PREMIUM”

Après SFR, Iliad profite du lancement de sa “box” pour enrichir sa gamme de produits avec une offre de téléphonie plus chère.

Dans un effort de montée en gamme, SFR avait dévoilé mi-novembre une offre de téléphonie fixe et d‘internet plus chère, vendue à partir de 34,90 euros en même temps qu‘une nouvelle “box”.

L‘opérateur, filiale à 56% de Vivendi, avait toutefois estimé à ce moment que l‘impact de cette nouvelle offre sur sa marge opérationnelle serait peu significatif à court terme, même si ses ventes et sa marge brute en bénéficieraient.

Free n‘a de son côté pas souhaité préciser l‘impact que sa nouvelle offre pourrait avoir sur ses marges, mais a confirmé l‘ensemble de ses objectifs pour 2010 et à moyen terme.

Des analystes ont estimé qu‘une interrogation subsistait sur le rapport entre les revenus supplémentaires que Free peut tirer de sa nouvelle offre et ceux qu‘il perd en ne faisant plus payer les appels vers les mobiles.

“La gratuité des appels vers les mobiles pourrait faire une différence significative dans la part de marché d‘Iliad (...), mais on attendra de voir comment le groupe va compenser la perte de revenus des appels de fixe à mobile”, résume un trader.

Le directeur financier d‘Iliad a indiqué que le nouveau boîtier coûtait plus cher à fabriquer, environ 300 euros pièce contre 180 euros pour la version précédente.

Free proposera sa nouvelle offre aux côtés de son forfait standard, actuellement sur le marché, au prix de 29,99 euros incluant le dégroupage total.

Dans le cadre de la nouvelle offre, un abonné qui n‘est pas totalement dégroupé, c‘est-à-dire qui est contraint de garder par ailleurs son abonnement payant à France Télécom, paiera 29,99 euros.

Ces prix n‘intègrent pas la hausse attendue de la taxation du “triple play” en France, que Free a l‘intention de répercuter dans le prix de ses offres.

Les députés ont décidé en octobre de porter de 5,5% à 19,6% le taux de TVA sur les offres “triple play”, dans le cadre du projet de budget pour 2011.

Avec Leila Abboud et Juliette Rouillon, édité par Pascale Denis

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below