14 octobre 2010 / 08:07 / dans 7 ans

News Corp et AOL auraient été sondés sur un rachat de Yahoo

par Jennifer Saba et Megan Davies

<p>Plusieurs soci&eacute;t&eacute;s de capital-investissement ont approch&eacute; ces derni&egrave;res semaines des groupes de m&eacute;dias et d'internet tels que News Corp et AOL afin de mesurer leur int&eacute;r&ecirc;t pour un rachat &eacute;ventuel de Yahoo, selon une source proche du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Robert Galbraith</p>

NEW YORK (Reuters) - Plusieurs sociétés de capital-investissement ont approché ces dernières semaines des groupes de médias et d‘internet tels que News Corp et AOL afin de mesurer leur intérêt pour un rachat éventuel de Yahoo, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.

Yahoo, numéro deux de la recherche en ligne aux Etats-Unis derrière Google, peine à relancer la croissance de son chiffre d‘affaires et à regagner les faveurs des internautes face notamment à la concurrence des réseaux sociaux comme Facebook.

Une opération éventuelle dépendrait de la cession des actifs asiatiques du groupe, notamment sa participation de 40% dans le chinois Alibaba Group et celle de 34,5% dans Yahoo Japan, a-t-on expliqué à Reuters.

Cette source a requis l‘anonymat car les discussions ne sont pas publiques.

Les pourparlers avec News Corp et AOL ont débuté il y a deux semaines et se sont intensifiés ces derniers jours mais Yahoo n‘a pas encore été approché, a-t-on précisé.

L‘action Yahoo, qui avait fini la séance sur le Nasdaq en hausse de près de 6%, gagnait 9,5% supplémentaires dans les transactions hors séance, à 16,71 dollars.

Les cours d‘Alibaba et de Yahoo Japan étaient eux aussi en hausse jeudi en Asie.

Les spéculations sur l‘intérêt pour Yahoo prêté à des investisseurs financiers sont récurrentes sur les marchés depuis plusieurs mois déjà.

Silver Lake Partners fait partie des sociétés qui ont engagé des discussions très préliminaires au sujet de différents scénarios d‘acquisition de Yahoo, a dit une deuxième source proche du dossier.

Blackstone a été également été approché mais n‘est pas impliqué dans les discussions en cours, a dit une autre source.

News Corp, AOL et Yahoo ont refusé de commenter ces informations.

DES CESSIONS PRÉALABLES PROBABLES

Un temps numéro un de la recherche sur internet, Yahoo a été peu à peu distancé par Google. Sa capitalisation boursière, proche de 19,5 milliards de dollars, ne représente aujourd‘hui qu‘un peu plus du dixième de celle de ce dernier.

Yahoo Japan, de son côté, affiche une capitalisation d‘environ 20,5 milliards de dollars, qui valorise la participation de l‘américain à environ sept milliards.

Les analystes valorisant parallèlement Alibaba Group entre 15 et 25 milliards de dollars, les parts de Yahoo dans le chinois pourraient valoir jusqu’à 10 milliards de dollars.

En cédant ces actifs, un scénario en faveur duquel plaident certains de ses actionnaires, Yahoo réduirait sa propre capitalisation et faciliterait un possible rachat. Mais la vente des participations en Asie pourrait être difficile, notent certains analystes.

“Une vente de la participation dans Alibaba n‘est pas facile à réaliser. Il ne s‘agit pas d‘une petite opération et à l’évidence, il serait difficile de parvenir à une valorisation qui satisfasse toutes les parties”, explique Wallace Cheung, de Credit Suisse à Hong Kong.

Le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier, rapporte que des groupes de capital-investissement étudient la possibilité d‘une alliance avec AOL en vue d‘une offre commune.

Parmi les scénarios envisagés figure celui d‘un rachat par Alibaba Group des 40% de son capital détenus par Yahoo et la vente par ce dernier de certains actifs à des groupes de médias et de haute technologie, ajoute le quotidien.

Une autre hypothèse verrait AOL se rapprocher de Yahoo par le biais d‘une fusion inversée, là encore après la vente de la participation dans Alibaba, poursuit-il.

En Chine, deux sources d‘Alibaba ont déclaré n‘avoir eu vent d‘aucun projet de cession des parts de Yahoo.

Bloomberg a rapporté que Yahoo avait mandaté Goldman Sachs pour l‘aider à se défendre contre d’éventuels projets de rachat.

Quelle que soit la forme que prendrait une éventuelle opération, son montant serait très loin du prix de 47,5 milliards de dollars qu‘avait offert Microsoft pour racheter Yahoo en 2008, rejeté à l’époque par ce dernier.

Avec Ken Li et Nadia Damouni à New York, Alexei Oreskovic à San Francisco, Sachi Izumi à Tokyo, Melanie Lee, Huang Yuntao et David Lin à Shanghaï, Bertrand Boucey et Marc Angrand pour le service français, édité par Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below