26 août 2010 / 07:14 / dans 7 ans

Gemalto confiant pour le second semestre

par Marie Mawad

<p>Gemalto table sur une acc&eacute;l&eacute;ration de sa croissance au second semestre et une am&eacute;lioration de sa rentabilit&eacute; sur l'ann&eacute;e, jugeant "r&eacute;aliste" l'estimation de 200 millions d'euros de r&eacute;sultat op&eacute;rationnel avanc&eacute;e par des analystes. Le fabricant de cartes &agrave; puces vise des ventes de plus d'un milliard d'euros en seconde moiti&eacute; d'ann&eacute;e et compte se consacrer pendant cette p&eacute;riode &agrave; l'int&eacute;gration de ses acquisitions r&eacute;centes. /Photo d'archives/REUTERS</p>

PARIS (Reuters) - Gemalto a déclaré jeudi tabler sur une accélération de sa croissance au second semestre et une amélioration de sa rentabilité sur l‘année, jugeant “réaliste” l‘estimation de 200 millions d‘euros de résultat opérationnel avancée par des analystes.

Le fabricant de cartes à puces vise des ventes de plus d‘un milliard d‘euros en seconde moitié d‘année et compte se consacrer pendant cette période à l‘intégration de ses acquisitions récentes, qui ont pesé sur sa rentabilité au premier semestre.

“Nous sommes tout à fait confiants pour l‘année 2010 et, aujourd‘hui, le consensus d‘analystes qui est autour de 200 millions d‘euros de profit sur l‘année est tout à fait dans notre fourchette”, a déclaré le directeur général du groupe, Olivier Piou, dans un entretien téléphonique à Reuters.

“Deux cents millions d‘euros de profit ça nous paraît tout à fait réalisable et on ne voit pas de raison de changer nos objectifs”, a-t-il ajouté.

Gemalto a publié des ventes de 840 millions d‘euros au premier semestre, en hausse de 5%, mais a vu sa marge des activités opérationnelles se dégrader de 1,9 point à 8%. Le résultat net s‘est établi à 63 millions d‘euros.

En 2009, le groupe a réalisé un bénéfice net quasi stable à 148 millions d‘euros et un résultat d‘exploitation de 171 millions, pour des ventes de 1,65 milliard.

REDRESSER LA MARGE DES SOCIÉTÉS ACQUISES

Gemalto mise notamment sur l‘amélioration des marges des sociétés qu‘il a récemment acquises pour redresser sa rentabilité.

“On a fait dans la première partie de l‘année l‘essentiel de ce qu‘on prévoyait de faire (...). Pour l‘instant on va se concentrer sur l‘intégration de nos acquisitions et l‘augmentation de leurs performances, avant d‘en faire de nouvelles”, a expliqué Olivier Piou au sujet des ambitions de croissance externe du groupe.

“On voit qu‘on peut améliorer leur rentabilité de façon relativement simple”, a-t-il ajouté.

La branche téléphonie mobile, principale contributrice au chiffre d‘affaires et à l‘Ebit, a vu son chiffre d‘affaires progresser de 8% en première moitié d‘année, à 452 millions d‘euros, mais sa rentabilité a reculé de cinq points environ, à 8,9%, sous le poids de sociétés récemment acquises et moins rentables que Gemalto.

Après avoir publié fin avril un chiffre d‘affaires trimestriel bien accueilli par la Bourse, Gemalto avait indiqué être “focalisé sur la croissance en 2010” et être “sur la voie pour réaliser son objectif de moyen terme d‘un bénéfice de 300 millions d‘euros des activités opérationnelles en 2013”.

Le groupe a confirmé jeudi l‘ensemble de ses prévisions de moyen terme, estimant “être en ligne” avec ses objectifs pour 2013.

L‘action Gemalto a clôturé mercredi en hausse de 0,14% à 29,45 euros, représentant une capitalisation boursière d‘environ 2,5 milliards d‘euros. Le titre a reculé de 3,4% depuis le début de l‘année, après avoir gagné 70% en 2009.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below