10 août 2010 / 15:57 / il y a 7 ans

Les rivaux de l'iPhone arriveront-ils après la bataille?

par Miyoung Kim et Tarmo Virki

<p>Les grands fabricants de t&eacute;l&eacute;phones mobiles, comme LG Electronics, pourraient avoir pris trop de retard dans les combin&eacute;s multim&eacute;dias pour parvenir &agrave; d&eacute;tr&ocirc;ner l'iPhone d'Apple. /Photo prise le 30 juillet 2010/REUTERS/Susana Vera</p>

SEOUL/HELSINKI (Reuters) - Les grands fabricants de téléphones mobiles, comme LG Electronics, pourraient avoir pris trop de retard dans les combinés multimédias pour parvenir à détrôner l‘iPhone d‘Apple.

Nokia, Samsung et LG contrôlent à eux trois 70% du marché mondial des téléphones portables mais leur vaine tentative pour stopper la course triomphante de la firme de Cupertino sur le segment des smartphones a grevé leurs bénéfices et pose désormais la question de leur intérêt à continuer le combat.

Apple, qui est entré sur ce marché il y a seulement trois ans, vend un iPhone quand Nokia écoule 13 combinés. Mais il en tire largement plus de bénéfices.

La marque Nokia - qui constitue une part importante du capital du géant finlandais - a perdu 58% de sa valeur l‘an dernier, selon le classement annuel établi par le cabinet d’études Millward Brown.

Et ce n‘est peut-être qu‘un début.

De son côté, la division mobile de LG a publié une perte record au deuxième trimestre.

“Aucun d‘entre eux ne sortira rapidement la tête de l‘eau et cela pourrait s‘aggraver avant que cela s‘améliore, peut-être dans un an ou plus”, assure Greg Noh, analyste chez HMC Securities.

“Tant qu‘ils ne parviendront pas à faire la différence, ce sera toujours Apple contre les autres (fabricants), et ils rencontreront de plus en plus de difficultés au fur et à mesure que d‘autres constructeurs entreront dans le jeu.”

Le segment des smartphones représente 20% du marché des téléphones portables mais connaît un taux de croissance de 56%, largement supérieur aux 10% de croissance du marché global des combinés mobiles, selon Goldman Sachs, des chiffres qui expliquent largement les regroupements dans le secteur.

Le mois dernier, Hewlett-Packard a finalisé le rachat de Palm pour 1,2 milliard de dollars, tandis que d‘autres fabricants de PC comme Acer choisissent un développement en interne pour gagner des parts du marché.

TROP TARD POUR LG ?

LG, troisième fabricant mondial de combinés mobiles, paraît le plus vulnérable et pourrait ne pas échapper à une restructuration, le groupe sud-coréen ayant averti qu‘il pourrait publier une perte record au troisième trimestre.

Le groupe sud-coréen, qui n‘a pour l‘instant lancé aucun smartphone révolutionnaire, place ses espoirs dans son Optimus One qu‘il devrait commercialiser ce trimestre. Mais ce combiné de milieu de gamme rivalisera avec des combinés identiques sans pour autant écraser la concurrence et pourrait arrivé trop tard.

“Ils risquent de se retrouver entre les offres bas de gamme de Huawei et des marques tierces. Je suis persuadé que LG a déjà perdu. Ils tentent juste de se redresser”, affirme Geoff Blaber de CCS Insight.

Le principal concurrent de LG sur son marché intérieur, Samsung - qui a adopté Android, le système d‘exploitation mobile de Google -, est le mieux placé pour battre l‘iPhone. Mais les deux groupes, comme Nokia, doivent se concentrer sur leur offre de services.

“Samsung et LG doivent encore développer des services mobiles clés seulement destinés à leurs propres combinés, concurrençant l‘email du BlackBerry de RIM et l‘App Store d‘Apple”, explique William Lee, analyste chez Ovum.

LE GALAXY DE SAMSUNG CONTRE LE N8 DE NOKIA

Grâce à son nouveau combiné haut de gamme doté d‘Android, Galaxy S, Samsung s‘est hissé à la cinquième place du marché des smartphones au deuxième trimestre, derrière Nokia, RIM, Apple et HTC et entend bien poursuivre sur sa lancée.

Nokia, dont les bénéfices et le cours ont plongé, parie désormais sur son prochain smartphone, le N8, dont l‘avenir de son directeur général Olli-Pekka Lallasvuo pourrait bien dépendre.

Olli-Pekka Lallasvuo, à qui le constructeur finlandais cherche un remplaçant, a assuré que le N8 offrirait aux utilisateurs une expérience supérieure à tous les autres smartphones jusque-là fabriqués par l‘entreprise.

“D‘accord, c‘est bien, mais qu‘en est-il par rapport à l‘expérience proposée par les concurrents? C‘est la question et nous pensons que cela ne va pas être suffisant”, explique Carlona Milanesi, analyste chez Gartner.

Les analystes interrogés par Reuters ont misé à cinq contre un sur le Galaxy S contre le Nokia N8, car, à prix équivalent, le second dispose d‘un écran tactile de 4 pouces contre 3,5 pour le premier.

Le N8 se détachera de ses concurrents avec son appareil photo de 12 mégapixels, mais est doté d‘un processeur plus lent que le Galaxy S ou le dernier iPhone.

Avec une part de marché de 40%, Nokia domine encore le segment des smartphones, mais ses combinés multimédias coûtent en moyenne un tiers de moins que l‘iPhone.

Pénalisé par son échec à proposer des téléphones haut de gamme, le cours de l‘action Nokia a perdu quasiment un tiers de sa valeur depuis la mi-2007, lorsque Apple a sorti son téléphone.

Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below