May 27, 2010 / 12:30 PM / 9 years ago

Capgemini offensif sur les acquisitions

par Cyril Altmeyer

Paul Hermelin, directeur général de Capgemini. Le premier groupe européen de services informatiques se montre plus que jamais offensif en matière d'acquisitions significatives censées l'aider à se développer dans de nouvelles géographies et de nouveaux métiers./Photo d'archives/REUTERS/Mal Langsdon

PARIS (Reuters) - Capgemini s’est montré jeudi plus que jamais offensif en matière d’acquisitions significatives censées l’aider à se développer dans de nouvelles géographies et de nouveaux métiers.

Les analystes s’attendent à ce que le premier groupe européen de services informatiques recherche des acquisitions non seulement aux Etats-Unis, où sa taille est trop réduite et où la reprise est déjà engagée, mais aussi dans des expertises technologiques afin d’accroître encore l’efficacité de son offre face à celles de ses concurrents.

“Nous sommes désireux et prêts à faire des acquisitions, nous regardons beaucoup d’opportunités, le groupe se prépare à être actif”, a déclaré le directeur général Paul Hermelin lors de l’assemblée générale des actionnaires.

“Le groupe sera sensiblement différent de ce qu’il est aujourd’hui au printemps prochain”, a-t-il noté, précisant que Capgemini présenterait alors de nouveaux objectifs.

La société, qui a amélioré l’an passé sa trésorerie nette de 495 millions d’euros pour la porter à 1.269 millions à fin 2009, versera à ses actionnaires un dividende de 0,80 euro par action - soit un taux de distribution de 70%, deux fois plus élevé qu’à son habitude - contre un euro pour 2008.

FAIBLE EXPOSITION À L’EUROPE DU SUD

Paul Hermelin s’est dit “attentif” à la crise de l’euro et des pays d’Europe de Sud, même si ces derniers ne représentent que de 5% du chiffre d’affaires du groupe et que les secteurs publics, touchés de plein fouet par les plans d’austérités annoncés par les gouvernements, n’y comptent que pour 13% des ventes.

“Chaque semaine, nous avons un flux de petites bonnes nouvelles”, a-t-il dit concernant l’activité du groupe.

Il a fait état de signes “plutôt positifs” concernant les signatures de contrats au deuxième trimestre qui seront déterminantes pour le retour à la croissance au second semestre, confirmant qu’il excluait la stagnation envisagée dans la fourchette de 0 à +4% fournie en début d’année pour cette période.

Le directeur financier Nicolas Dufourcq a indiqué que le ratio prises de commandes sur chiffre d’affaires (book-to-bill) devrait augmenter au deuxième trimestre à 1,2 contre 1,06 au premier trimestre 2010.

Capgemini avait revu début mai de 8% à 7% sa prévision de baisse du chiffre d’affaires au premier semestre, encore marqué par un comparatif défavorable du fait de l’entrée tardive du secteur dans la crise.

Le groupe a réaffirmé anticiper pour 2010 un recul de 2 à 4% de son chiffre d’affaires à taux de changes et périmètre constants après un recul de 5,5% l’an passé et une nouvelle contraction de sa marge opérationnelle à 6-6,5% contre 7,1% en 2009.

Paul Hermelin a précisé que le groupe continuait à embaucher, après avoir ramené au 31 mars ses effectifs à leur niveau de fin 2008, soit 92.000 personnes.

L’action s’adjuge 2,6% à 36,61 euros vers 14h00, soit deux fois plus que l’indice des technologiques à la même heure.

Edité par Benjamin Mallet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below