15 avril 2010 / 15:00 / dans 8 ans

Avec Mobinil, France Télécom prend en main la stratégie d'ECMS

par Marie Mawad

<p>Agence Mobinil dans le centre du Caire. France T&eacute;l&eacute;com va pouvoir prendre en main la strat&eacute;gie de l'op&eacute;rateur t&eacute;l&eacute;coms &eacute;gyptien ECMS gr&acirc;ce &agrave; la consolidation de Mobinil, estiment des analystes europ&eacute;ens au lendemain de l'annonce d'un projet d'accord avec Orascom Telecom. /Photo prise le 14 janvier 2010/REUTERS/Tarek Mostafa</p>

PARIS (Reuters) - France Télécom va pouvoir prendre en main la stratégie de l‘opérateur télécoms égyptien ECMS grâce à la consolidation de Mobinil, estiment des analystes européens au lendemain de l‘annonce d‘un projet d‘accord avec Orascom Telecom.

Cet accord permet à France Télécom de sortir d‘un long imbroglio juridique mais ses modalités financières, qui restent à définir, devraient s‘avérer plus favorables à Orascom Telecom, selon les intermédiaires.

France Télécom et Orascom Telecom ont déclaré mercredi avoir posé les bases d‘un accord réaffirmant le partage capitalistique de leur filiale commune Mobinil, détenue à 71,25% par le groupe français et à 28,75% par la société égyptienne dirigée par Naguib Sawiris.

Coté à la Bourse du Caire, ECMS est quant à lui détenu à 51% par Mobinil et à 20% par Orascom Telecom. Le solde du capital est flottant.

En vertu du nouvel accord, la répartition du capital d‘ECMS et celui de sa maison-mère Mobinil reste intacte. France Télécom consolidera toutefois la totalité d‘ECMS dans ses comptes ce qui, pour plusieurs analystes européens, marque le passage du contrôle opérationnel de l‘opérateur égyptien aux seules mains du groupe français.

“La pleine consolidation de Mobinil (par France Télécom) suggère qu‘il exercera davantage de contrôle sur l‘activité que par le passé”, résume Credit Suisse dans une note de recherche.

Un autre analyste basé à Paris estime que France Télécom exercera désormais “pleinement les responsabilités de management”.

Vers 16h45, l‘action France Télécom gagnait 0,52%, à 17,545 euros à la Bourse de Paris.

PRIX FORT POUR LA FILIALE LINKDOTNET

En contrepartie, des experts estiment que les modalités financières de l‘accord, qui seront annoncées au cours des prochaines semaines, devraient profiter à Orascom Telecom, au travers notamment du transfert de son actuelle filiale Linkdotnet, premier fournisseur d‘accès à internet égyptien, à ECMS.

“Orascom semble obtenir à première vue des compensations raisonnables pour les deux parties avec l‘acquisition (...) de Linkdotnet (...) à un prix qui selon nous devrait être suffisamment attractif pour Orascom Telecom pour que son propriétaire, Naguib Sawiris, ait accepté de perdre le co-contrôle de Mobinil”, expliquent des analystes d‘Oddo Securities dans une note.

D’éventuelles compensations de ce type resteraient néanmoins moins coûteuses qu‘une guerre capitalistique au prix fort avec Orascom, ajoutent-ils.

Plusieurs analystes égyptiens ont de leur côté estimé que cette annonce était essentiellement le symbole d‘une pacification des relations entre les deux partenaires, n‘y voyant pas le signe d‘une modification des pouvoirs opérationnels.

“Conformément au nouveau pacte d‘actionnaires amendé, Orascom Telecom Holding aura (...) des droits opérationnels à la hauteur de son niveau de participation au capital ainsi qu‘une protection de ses droits de minoritaire et une clause de liquidité”, affirmaient quant à eux France Télécom et Orascom dans un communiqué commun publié mercredi.

France Télécom et Orascom Telecom sont liés depuis août 2001 par un partenariat définissant le contrôle de la holding Mobinil.

Une close de ce pacte actionnarial prévoyait la possibilité pour l‘une des deux parties de racheter la participation de l‘autre en cas de désaccord sur la stratégie de l‘opérateur égyptien ECMS qui commercialise ses produits sous la marque Mobinil.

Le différend qui oppose France Télécom et Orascom Telecom depuis 2007 au sujet du contrôle de Mobinil trouve ses racines dans cette close.

L‘opérateur français avait tenté sans succès à quatre reprises de racheter la part des minoritaires dans ECMS en lançant des offres publiques d‘achat (OPA), la dernière ayant été bloquée par un tribunal égyptien.

Avec la contribution de Leila Abboud et Cyril Altmeyer, édité par Matthias Blamont

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below