20 avril 2009 / 12:23 / dans 9 ans

Oracle s'offre Sun pour plus de 7 milliards de dollars

par Tiffany Wu

<p>L'&eacute;diteur de logiciels Oracle rach&egrave;te Sun Microsystems pour 9,50 dollars par action, soit plus de sept milliards de dollars (5,4 milliards d'euros) au total. /Photo prise le 18 mars 2009/REUTERS/Robert Galbraith</p>

NEW YORK (Reuters) - Oracle va acheter Sun Microsystems pour plus de sept milliards de dollars (5,4 milliards d‘euros) après l’échec des discussions engagées entre l’éditeur de logiciels et constructeurs de serveurs et IBM.

Oracle a pris tout le monde de court en annonçant lundi qu‘il comptait acquérir Sun pour 9,50 dollars par action. Ce dernier venait de refuser une offre d‘International Business Machines de 9,40 dollars par action, selon des sources au fait du dossier.

Le président d‘Oracle Safra Catz a déclaré que l‘acquisition, qui devrait être bouclée cet été, ajouterait au minimum 15 cents par action aux résultats dans la première année complète après l‘achèvement de l‘opération.

“L‘accord va renforcer la position d‘Oracle face à IBM. Oracle a fait un bon travail sur les acquisitions qu‘il a réalisées précédemment”, commente Robert Jakobsen, analyste de la Jyske Bank à Copenhague. “Cela a du sens si on regarde en arrière. Oracle a mieux réussi que Sun à commercialiser ses logiciels”.

En début de matinée, l‘action Sun montait de 36% à 9,10 dollars à Wall Street tandis qu‘Oracle reculait de 4,2% à 18,26 dollars.

Les discussions entre Sun et Oracle ont débuté jeudi soir, a rapporté une source au fait du dossier.

Les deux entreprises collaborent depuis plus de 20 ans. La gamme de logiciels Fusion Middleware d‘Oracle, le produit qui connait la plus forte expansion, est basée sur la technologie Java de Sun. Le système d‘exploitation Solaris de Sun est également la principale plate-forme pour les logiciels de bases de données d‘Oracle.

DÉBUT D‘UNE VAGUE DE FUSIONS ?

Sun a connu une forte expansion dans les années 1990 mais il ne s‘est jamais complètement remis de l’éclatement de la bulle internet au début des années 2000 qui s‘est traduite par un effondrement de la demande pour les serveurs.

L‘entreprise était à la recherche d‘un acheteur depuis plusieurs mois, selon des banquiers au fait des discussions. Les noms d‘IBM, Oracle, Hewlett-Packard, Dell et Cisco Systems ont été cités comme candidats potentiels.

L‘accord avec Oracle valorise Sun à environ 7,1 milliards de dollars, sur la base des 745 millions d‘actions en circulation, selon les derniers documents officiels transmis par Sun aux autorités de régulation. Les deux sociétés ont précisé dans un communiqué que l‘opération représentait 5,6 milliards hors passif et trésorerie.

Catz a déclaré que Sun apporterait plus de 1,5 milliard de dollars supplémentaires au bénéfice d‘exploitation d‘Oracle au cours de la première année, puis 2 milliards l‘année suivante.

Des analystes ont souligné que le rachat de Sun pourrait donner le coup d‘envoi d‘une vague de fusions et de partenariats sur le marché du traitement des données car les sociétés s‘efforcent de plus en plus de fournir des services complets qui associent matériels et logiciels.

“Cela permet à Oracle d’être davantage en compétition avec HP, IBM et Microsoft. Cela fait de lui un acteur sur le marché (du traitement des données d‘entreprises)”, explique Shannon Cross de Cross Research. “Il accède au ‘hardware’ ce qui devrait être intéressant à suivre puisqu‘Oracle ne fabrique rien. Cela va lui donner accès à des clients qui n‘utilisaient pas de bases de données Oracle”.

Le directeur général de Microsoft Steve Ballmer s‘est dit “très surpris” par l‘opération entre Oracle et Sun.

“Je viens juste de l‘apprendre (...) Je dois y réfléchir, je suis très surpris”, a-t-il dit à des journalistes à Moscou.

Le conseil d‘administration d‘Oracle a approuvé à l‘unanimité l‘accord qui doit encore recevoir le feu vert des actionnaires et des autorités de régulation.

Avec Franklin Paul à New York, Tarmo Virki à Helsinki, Maria Kiseliova et Jim Finkle à Boston, version française Wilfrid Exbrayat et Gwénaëlle Barzic

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below