4 février 2009 / 18:39 / dans 9 ans

La démocratisation de l'iPhone prendra du temps

par Claude Chendjou

<p>D'apr&egrave;s des analystes, la confirmation en appel mercredi de la suspension de l'exclusivit&eacute; sur l'iPhone accord&eacute;e par Apple &agrave; Orange en France ne se traduira pas par l'arriv&eacute;e imm&eacute;diate du combin&eacute; d'Apple chez les op&eacute;rateurs concurrents ni par une baisse significative des prix. /Photo d'archives/REUTERS/Vivek Prakash</p>

PARIS (Reuters) - La fin de l‘exclusivité d‘Orange sur l‘iPhone en France ne se traduira pas par l‘arrivée immédiate du combiné d‘Apple chez les opérateurs concurrents ni par une baisse significative des prix, estiment des analystes.

“Les prix ne vont pas être divisés par deux”, prédit Stéphane Dubreuil, directeur de SIA Conseil, spécialisé dans les télécoms et les médias. “Le véritable impact n‘interviendra pas avant fin 2009”, renchérit Pierre Carbonne, analyste sur le haut débit mobile à l‘Idate.

“Cela va peut-être faire baisser le prix de l‘appareil, mais au niveau des services il faudra sans doute attendre”, tempère également Marie De Prandière, juriste à l‘UFC-Que Choisir.

Malgré la confirmation en appel mercredi de la suspension de l‘exclusivité accordée par Apple à Orange, l‘attente pour les consommateurs pourrait être longue.

“Il faut au moins deux mois pour mettre en place les procédures nécessaires en magasin”, explique Stéphane Dubreuil, évoquant par exemple l‘installation du matériel publicitaire.

Selon lui, les opérateurs devront également former les vendeurs sur l‘iPhone. Cet appareil, plus sophistiqué qu‘un téléphone traditionnel, sert de baladeur audio-vidéo, de navigateur internet et de mini-ordinateur.

“Ça prend du temps de structurer une offre autour de l‘iPhone”, note Pierre Carbonne. Des tests et des ajustements sur le réseau sont nécessaires pour la messagerie visuelle.

“SUICIDAIRE DE CASSER LES PRIX”

Et la cour considérant que l‘exclusivité d‘Orange est “préjudiciable aux consommateurs”, rien ne devrait changer.

“Seul l‘iPhone permet d‘augmenter significativement la dépense moyenne par consommateur. Il serait donc suicidaire pour un opérateur de casser les prix”, explique Stéphane Dubreuil.

Selon lui, si un autre opérateur parvient à proposer une offre avec l‘iPhone, la différence de prix ne pourrait être que de quelques euros.

Pour acquérir l‘iPhone, un utilisateur paye au minimum à Orange 99 euros pour l‘appareil et 39 euros pour une heure de communications mensuelles pendant deux ans, soit une facture globale de 1035 euros.

“L‘iPhone coûte très cher aux opérateurs, et ce ne sera pas différent avec Bouygues ou SFR”, soutient Pierre Carbonne.

Les analystes du CM-CIM estiment qu‘il n‘est même pas assuré que les deux opérateurs puissent subventionner l‘iPhone autant qu‘Orange, au risque d‘entamer leur rentabilité.

Alors que la plupart des mobiles sont subventionnés entre 90 et 150 euros, sur l‘iPhone ce tarif serait doublé.

“On pourrait imaginer des formules d‘abonnement moins chers, mais l‘appareil serait alors vendu 600 euros”, avance l‘Idate.

“Dans l‘immédiat, l‘iPhone avec une carte prépayée ou des forfaits bloqués bon marché est destructeur de valeur”, affirme Stéphane Dubreuil.

LE TEMPS DE LA JUSTICE, LE TEMPS DES TÉLÉCOMS

Selon les analystes, la baisse des prix interviendra dans un an ou deux, avec les progrès technologiques et les économies d’échelle et non en raison de la décision de justice.

Le contrat d‘exclusivité avec Orange était prévu pour cinq ans avec une clause de sortie pour Apple en 2010.

“Le temps de la justice et le temps des télécoms n‘est pas le même”, résume Pierre Carbonne.

SIA Conseil estime que même avec une exclusivité temporaire, Orange parviendra à vider de sa substance la décision du tribunal. “Le gros des ventes sur l‘iPhone se fait dans les premiers mois”, dit-il.

Cela n‘empêche pas les opérateurs de laisser croire que l‘iPhone arrive bientôt.

Le 17 décembre, le site Bouygues Telecom était barré de la mention : “Nous mettons tout en oeuvre afin de pouvoir vous proposer l‘iPhone 3G dans les plus brefs délais.”.

Son concurrent affichait à la Une : “SFR met tout en oeuvre pour vous proposer l‘iPhone 3G le plus rapidement possible”.

Mais, depuis, aucune offre n‘est disponible.

“C’était surtout une opération de communication”, estime Stéphane Dubreuil. “Le caractère non définitif du jugement faisait peser un risque commercial”.

Avec le pourvoi en cassation d‘Orange, une période de 12 à 15 mois d‘incertitude s‘ouvre, alors que, de l‘avis des analystes, l‘objet du litige aura disparu, remplacé par un nouveau modèle.

Édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below