9 octobre 2008 / 12:39 / dans 9 ans

Les usages concrets de l'internet mobile restent modestes

PARIS (Reuters) - L‘accès à internet depuis le téléphone mobile est un marché potentiel énorme mais peu développé faute d‘applications pratiques, estime l‘institut de recherche Idate dans une étude publiée jeudi.

<p>L'acc&egrave;s &agrave; internet depuis le t&eacute;l&eacute;phone mobile est un march&eacute; potentiel &eacute;norme mais peu d&eacute;velopp&eacute; faute d'applications pratiques, selon l'institut de recherche Idate. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann</p>

“Le marché (de l‘internet mobile) est complètement en ébullition du côté de l‘offre même si celle-ci n‘est pas encore totalement adaptée. Toutefois les usages réels et concrets restent relativement modestes”, a déclaré Vincent Bonneau responsable des services internet à l‘Idate, lors d‘une conférence de presse.

“C‘est un vrai marché de masse” dont le “développement sera graduel à cause de la fragmentation technologique, de la publicité encore insuffisante et des services inadaptés”, a-t-il estimé.

Il y a beaucoup d‘insatisfaction des usagers du fait des temps de chargement trop longs, de l‘incompatibilité des différents systèmes et d‘une ergonomie compliquée, montre l’étude.

“Le vrai déclic passera par la mise en place de services pratiques, pas de services de divertissement sur lesquels on a fait beaucoup de battage (jeux, etc.)”, a-t-il souligné en notant que le service le plus utilisé sur internet mobile est la météo.

Comme sur ordinateur, les services internet les plus demandés sont les services de communication, les services pratiques (itinéraires, impôts, etc.), le commerce et, en quatrième position seulement, les divertissements.

IMPORTANCE DE LA TV MOBILE SURESTIMÉE

Actuellement seuls 21% des possesseurs de téléphone mobile ont un abonnement haut débit donnant accès à internet et entre 10% à 15%, selon les marchés, se connectent sur internet mobile une fois par mois, parfois sans le faire exprès.

L‘Idate prédit que d‘ici 2011 à 2012, 40% à 45% des utilisateurs de mobile s‘en serviront.

Au plan financier, l’étude douche l‘idée d‘un financement par la publicité. “Le marché de la publicité mobile est en phase de test. Cela reste anecdotique. Les budgets consacrés sont très modestes”, déclare Vincent Bonneau. “Le marché publicitaire va se développer mais il est d‘une taille insuffisante pour financer tous les services”.

La publicité sur internet mobile a représenté une centaine de millions d‘euros en Europe en 2007, soit 1,5% du marché de la publicité en ligne.

Quant à la télévision sur mobile, le directeur général de l‘Idate, Yves Gassot, a estimé qu‘il fallait “dégonfler la baudruche”.

“On a donné une place à la télévision sur mobile dans le futur du téléphone mobile qui était trop importante”, a-t-il dit. “Actuellement tout le monde patauge dans les contradictions de standards. On ne voit pas quel standard va s‘imposer”, a-t-il dit

La téléphonie mobile de troisième génération, donnant accès à internet, comptait 260 millions d‘abonnés dans le monde fin 2007 et en comptera un milliard d‘ici 2011, avec une claire avance de l‘Asie (Japon et Corée du sud), selon l‘Idate.

Nathalie Meistermann, édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below