6 mai 2008 / 05:42 / dans 10 ans

Wall Street veut encore croire au mariage Yahoo-Microsoft

par Michele Gershberg et Kate Holton

<p>L'action Yahoo est en forte hausse mardi &agrave; Wall Street dans l'espoir que le groupe internet renoue le dialogue avec Microsoft, en d&eacute;pit du scepticisme affich&eacute; par un responsable du num&eacute;ro un mondial des logiciels. /Photo prise le 5 mai 2008/REUTERS/Robert Galbraith</p>

NEW YORK/LONDRES (Reuters) - L‘action Yahoo est en forte hausse mardi à Wall Street dans l‘espoir que le groupe internet renoue le dialogue avec Microsoft, en dépit du scepticisme affiché par un responsable du numéro un mondial des logiciels.

“Tout se jouera dans les mois qui viennent et il y a encore une chance que Microsoft achète la société autour de 33 dollars par action”, commente Todd Dagres (fonds de capital risque Spark Capital).

L‘action du portail internet regagnait 6% à 25,8 dollars à 16h35 GMT, alors qu‘elle avait chuté de 15% la veille après que Microsoft eut retiré son offre de 47,5 milliards de dollars. Microsoft avait relevé sa proposition à 33 dollars par action, alors qu‘il proposait au départ 31 dollars, mais le directeur général de Yahoo Jerry Yang continuait de préférer un prix proche de 37 dollars.

Il avait dit lundi à Reuters qu‘il était prêt à négocier et à trouver un terrain d‘entente avec Microsoft lorsque les discussions ont été brutalement interrompues.

Mais le président de Microsoft International Jean-Philippe Courtois a dit mardi à Reuters que Microsoft était allé au maximum de ce qu‘il pouvait proposer à Yahoo et qu‘il se concentrerait sur sa stratégie propre pour devenir un leader des services internet.

Prié de dire si les choses s‘arrêteraient là avec Yahoo, Courtois a répondu: “Tout à fait, c‘est la fin de l‘histoire. Nous allons de l‘avant parce que notre stratégie est très claire”.

CERTAINS ACTIONNAIRES NE DECOLÈRENT PAS

Yang a assoupli sa position alors que dans le même temps, deux des principaux actionnaires de Yahoo faisaient savoir au New York Times qu‘ils se seraient contentés d‘un accord à 34 dollars par action.

“Je suis vraiment très en colère vis-à-vis de Jerry Yang et de ce soi-disant conseil indépendant”, fulmine Gordon Crawford, gérant de portefeuilles de Capiral Research Global Investors, premier actionnaire de Yahoo avec 16% du capital environ.

Crawford s‘est fait une réputation dans le secteur des médias en poussant à la démission, en janvier 2003, Steve Case, le président de l‘AOL Time Warner d‘alors, parrain malheureux de la fusion calamiteuse entre AOL et Time Warner.

L‘assemblée générale annuelle des actionnaires de Yahoo a été fixée au 3 juillet.

Le président de Microsoft Bill Gates a dit pour sa part que son groupe n‘excluait pas de s‘associer à d‘autres sociétés mais n‘avait rien en vue dans l‘immédiat.

De prime abord, Google apparaît comme le grand bénéficiaire du retrait de Microsoft non seulement parce que, pour le moment en tout cas, il échappe à un concurrent potentiel, un géant qui serait né du rachat de Yahoo par Microsoft.

Mais aussi parce qu‘il pourrait conclure un partenariat avec Yahoo pour placer certains de ses liens sponsorisés. Une telle alliance entre les deux principaux acteurs d‘internet serait toutefois susceptible de faire sourciller les autorités antitrust mais, selon uunee source proche de Google, les deux groupes tiennent précisément ces dernières au courant de leurs intentions.

Version française Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below