20 mai 2008 / 09:04 / dans 10 ans

Sommet TMT: Capgemini se dit "plutôt optimiste" pour 2008

par Julien Toyer

<p>Paul Hamerlin, patron de Capgemini. La premi&egrave;re soci&eacute;t&eacute; de services informatiques europ&eacute;enne se dit "plut&ocirc;t optimiste" pour l'ann&eacute;e 2008 et pr&eacute;cise n'avoir constat&eacute; que des "signes limit&eacute;s" de ralentissement de l'activit&eacute; en Europe. /Photo prise le 20 mai 2008/REUTERS/Mal Langsdon</p>

PARIS (Reuters) - La société de services informatiques Capgemini se montre “plutôt optimiste” pour l‘année 2008 et confirme son intérêt pour le rachat d‘une partie des activités de son concurrent néerlandais Getronics.

“Le premier semestre sera conforme aux attentes (...) et nous sommes plutôt optimistes pour l‘ensemble de l‘année”, a dit Paul Hermelin, lors du sommet Technologies, médias et télécoms (TMT) organisé par Reuters.

“Les chances d‘avoir une croissance négative ou proche de zéro au second semestre sont plutôt réduites. Le second semestre sera positif”, a-t-il ajouté, confirmant ainsi sa prévision d‘une croissance organique entre 2% et 5% en 2008.

Capgemini avait déjà indiqué le 7 mai, lors de la publication de ses résultats trimestriels, que sa croissance organique serait positive au deuxième semestre.

Le groupe a publié un chiffre d‘affaires pour le premier trimestre de 2.185 millions d‘euros, en hausse de 3,7% à taux de change et périmètre constants. La SSII avait à cette occasion laissé inchangée sa prévision de marge opérationnelle de 8,5% cette année.

”SIGNES LIMITÉS“ DE RALENTISSEMENT”

Le patron de la première société de services informatiques européenne a également dit n‘avoir constaté que des “signes limités” de ralentissement sur le Vieux Continent, citant l‘Espagne, impactée par le ralentissement de son marché immobilier, le secteur de la distribution au Royaume-Uni et les activités de conseil dans les pays nordiques.

Il a ajouté que ses activités aux Etats-Unis se trouvaient à l‘heure actuelle “en ébullition”.

“L‘idée généralement partagée est que l‘activité économique va redémarrer à un moment donné en 2009”, a-t-il dit, estimant que s‘il s‘avérait que le ralentissement actuel n’était finalement qu‘un “ajustement tactique, alors les plans d‘investissement ne seront pas revus de manière drastique”.

“Ce que nous ressentons, c‘est que les clients estiment qu‘il sera difficile de réaliser des dépenses importantes au cours du second semestre mais qu‘ils ne modifient pas leurs plans. J’étais hier à Sapphire (la conférence annuelle de SAP), et les gens que j‘ai vu étaient très optimistes”, a ajouté le directeur général de Capgemini.

Paul Hermelin a d‘ailleurs indiqué que son groupe était “sous-exposé au secteur des services financiers”. “Nous sommes exposés à hauteur de 17% à ce secteur, c‘est en-dessous de la moyenne”, a-t-il dit, concédant néanmoins que cela restait “significatif”.

INTÉRESSÉ PAR GETRONICS

Capgemini a confirmé étudier le rachat d‘une partie des activités de son concurrent Getronics, récemment racheté par KPN.

“KPN a dit qu‘on regardait (le dossier). Nous n‘avons pas démenti, donc on regarde”, a déclaré Paul Hermelin.

En octobre 2007, l‘opérateur de télécommunications néerlandais avait déboursé 1,2 milliards d‘euros (dette comprise) pour acquérir la SSII néerlandaise, assurant qu‘il conserverait les sites de l‘entreprise aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Belgique et en Amérique du Nord mais qu‘il se séparerait d‘actifs jugés non stratégiques.

Egalement interrogé sur un intérêt éventuel pour Atos, Paul Hermelin a indiqué que son groupe “ne participera(it) pas à un dépeçage” de son concurrent.

Il a rappelé que Capgemini avait considéré en 2007 qu‘Atos était “trop gros” et présentait “trop de similitudes” pour qu‘un rapprochement puisse être envisagé.

Il a néanmoins précisé que “si Atos envisageait de vendre certaines parties de son activité, alors Capgemini pourrait être intéressé”.

Le directeur général de Capgemini a également dit que, dans le contexte économique actuel, il “favoris(ait) les petites acquisitions, pouvant être intégrées en douceur”.

Il a considéré à ce titre que son concurrent nordique TietoEnator était “trop gros”.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below