5 août 2008 / 05:38 / dans 9 ans

Intel lève le voile sur une puce graphique autonome

par Duncan Martell

<p>Intel a lev&eacute; le voile sur l'architecture de sa micro-puce de nouvelle g&eacute;n&eacute;ration, connue sous le nom de code Larrabee, qui r&eacute;unira plus de cent "cerveaux" &eacute;lectroniques dans un seul microprocesseur et visera d'abord le march&eacute; des puces graphiques. /Photo d'archives/REUTERS/Steve Marcus</p>

SAN FRANCISCO (Reuters) - Intel a levé le voile sur l‘architecture de sa micro-puce de nouvelle génération qui réunira plus de cent “cerveaux” électroniques dans un seul microprocesseur et visera d‘abord le marché des puces graphiques.

Le géant californien a livré des détails sur cette micro-architecture - le prototype de base d‘une puce informatique - connue sous le nom de code Larrabee, dans un document qui devrait faire l‘objet d‘une présentation à l‘occasion du salon SIGGRAPH, qui se tiendra du 11 au 15 août à Los Angeles.

Larrabee, qui sera utilisée dans des processeurs dès 2009 sera notamment dotée d‘une unité de traitement vectoriel, d‘une technologie “multithreading” (qui consiste à définir plusieurs processeurs logiques au sein d‘un processeur physique), d‘extensions 64 bits et d‘un “prefetching” perfectionné (procédé qui consiste à précharger des données dans les caches afin d‘améliorer les performances d‘une application), ce qui permet d‘accroître la puissance de calcul disponible.

Pour l‘instant, le numéro un mondial des semi-conducteurs fournit aux fabricants d‘ordinateurs des puces graphiques intégrées à des jeux de composants, moins puissantes que des micropuces graphiques autonomes, et ce nouveau produit devrait lui permettre de faire son entrée sur le marché lucratif des puces graphiques autonomes pour l‘instant dominé par la division ATI d‘Advanced Micro Devices et Nvidia.

Ces nouvelles puces graphiques d‘Intel devraient rivaliser avec les produits Radeon d‘ATI et GeForce de Nvidia.

Jusqu‘ici, Intel était resté très vague concernant le projet Larrabee, indiquant simplement que les puces élaborées à partir de cette architecture pourraient être utilisées dans la prospection gazière et pétrolière, l‘imagerie médicale et les services financiers.

“Alors qu‘Intel a levé le voile sur ce à quoi ressembleront les produits Larrabee, il semble clair que cette architecture dispose de fondements solides qui devraient pouvoir facilement se traduire par des produits très impressionnants”, a déclaré Peter Kastner, analyste de Scott-Page, un cabinet d’études basé à Westport dans le Massachusetts.

PROGRAMMATION PARALLÈLE

Intel ne voit pas seulement en Larrabee la tête de pont qui lui permettra à court ou moyen terme d‘entrer dans la bataille des puces graphiques mais espère aussi qu’à plus long terme, ce produit déclenchera un mouvement de développement de logiciels de nature parallèle.

La programmation parallèle, ou informatique parallèle, a été décrite pendant plusieurs années comme la prochaine avancée significative, permettant d‘accélérer la vitesse d‘exécution des ordinateurs en répartissant les tâches à accomplir entre plusieurs microprocesseurs plutôt que de faire appel à un seul processeur ne pouvant exécuter qu‘une seule tâche à la fois.

Le lancement par Intel et AMD de processeurs multicoeurs, dotés de plusieurs “cerveaux” a représenté une première avancée dans ce domaine mais les spécialistes ont affirmé depuis longtemps que cela ne représentait que la partie visible de l‘iceberg.

La firme californienne espère donc élargir l‘utilisation des puces développées à partir de l‘architecture Larrabee au-delà du secteur des puces graphiques et pouvoir les proposer pour des utilisations plus générales (messagerie électronique, navigation internet, lecture de fichiers audio...).

“L‘innovation principale réside dans le fait d‘avoir développé un produit parallèle, multicoeurs pour le marché des puces graphiques, et ensuite de l‘adapter pour permettre le traitement d‘autres types de tâches”, a expliqué Doug Carmean, responsable de la conception de Larrabee, en précisant que le groupe a “parlé avec la quasi-totalité des acteurs du domaine des logiciels”.

Si Intel a choisi de lancer d‘abord Larrabee sur le marché des puces graphiques, c‘est parce que les développeurs de jeux vidéo font déjà largement appel à la programmation parallèle, à la différence des concepteurs d‘autres types de logiciels.

Les jeux vidéo figurent “parmi les applications parallèles les plus complexes que j‘ai eu l‘occasion de voir”, a relevé Anwar Ghuloum, ingénieur au sein du laboratoire des processeurs d‘Intel.

Larrabee autorise également le développement de blocs de construction de logiciels (API), de nouveaux algorithmes graphiques, et permet d‘effectuer sur la puce graphique des calculs à visées générales, tout en utilisant les outils de développement en vigueur, a indiqué Intel.

“Intel présente ses cartes mais devra fournir des produits à la hauteur de cette séduisante architecture”, prévient cependant Peter Kastner.

Version française Myriam Rivet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below