September 5, 2018 / 9:09 AM / 2 months ago

Berlin dit viser toujours une taxation "juste" des Gafa

BERLIN (Reuters) - Le ministère allemand des Finances a démenti mercredi un article de presse selon lequel le ministre Olaf Scholz a renoncé à un projet de taxation des géants du numérique tels que Google, Apple, Facebook et Amazon.

Le ministère allemand des Finances a démenti mercredi un article de presse selon lequel le ministre Olaf Scholz a renoncé à un projet de taxation des géants du numérique tels que Google, Apple, Facebook et Amazon. /Photo prise le 2 mai 2018/REUTERS/Axel Schmidt

Selon le quotidien populaire Bild, qui cite un document confidentiel du ministère, Scholz a estimé que la “diabolisation” des grandes entreprises du numérique n’était “pas productive.”

Un abandon du projet marquerait un revirement du ministre des Finances, dont le Parti social-démocrate (SPD), membre de la coalition de la chancelière Angela Merkel, avait fait de la taxation des “Gafa” l’un de ses thèmes de campagne lors des élections de l’an dernier.

“Aucune décision n’a encore été prise par le ministre ou le ministère”, a assuré un porte-parole du ministère interrogé sur l’article du Bild.

“Le débat se poursuit, et également au niveau des ministres des Finances européens et du G7/G20”, a ajouté le porte-parole. “Le gouvernement fédéral veut toujours assurer une taxation juste des groupes internet.”

L’Allemagne avait accueilli avec réserve la proposition de la Commission européenne de fixer à 3% le taux de la taxe transitoire sur le chiffre d’affaires imposée aux géants d’internet, en attendant une réforme fiscale en profondeur. Cela rapporterait environ cinq milliards d’euros. [nL8N1S50K2]

Le sujet, sur laquelle la France est en pointe, sera de nouveau au menu d’une réunion des ministres des Finances de l’Union européenne vendredi et samedi à Vienne, avec pour objectif de parvenir à une position commune d’ici la fin de l’année.

Selon le porte-parole du ministère allemand, Bild a pioché de manière “très sélective” dans un document interne qui résumait divers modèles et propositions.

“De tels documents sont une pratique courante pour informer la direction du ministère”, a-t-il dit en affirmant qu’Olaf Scholz évaluait toujours plusieurs options.

Le ministre reste convaincu que les grands groupes numériques doivent apporter une “contribution juste” au financement du bien public et qu’il faut les empêcher d’échapper à l’impôt par le biais de transferts de profits et d’optimisation fiscale, a-t-il ajouté.

A Paris, le ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a appelé Scholz et ses autres partenaires européens à s’entendre rapidement.

“Il faut qu’en janvier 2019 nous ayons décidé sur ce sujet”, a-t-il dit lors d’un entretien accordé à la chaîne LCI.

Les PME françaises, allemandes ou italiennes ont un taux d’imposition supérieur de 14 points à ceux des Gafa, fait valoir Bruno Le Maire, ajoutant : “Si nous ne sommes pas capable de rétablir de l’égalité fiscale et de taxer les géants du numérique, nous le paierons dans les urnes.”

Madeline Chambers; Claude Chendjou et Véronique Tison pour le service français, avec la contribution de Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below