January 9, 2018 / 3:11 PM / 9 months ago

Le PDG de JPMorgan regrette d'avoir qualifié le bitcoin de fraude

(Reuters) - Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan, regrette d’avoir qualifié le bitcoin de “fraude” mais assure pour autant ne pas être intéressé par la cryptomonnaie, dans une interview diffusée mardi par la chaîne Fox.

Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan, regrette d'avoir qualifié le bitcoin de "fraude" mais assure pour autant ne pas être intéressé par la cryptomonnaie, dans une interview diffusée mardi par la chaîne Fox. /Photo d'archives/REUTERS/Dylan Martinez

Le banquier réputé pour son franc-parler avait affirmé en septembre que le bitcoin n’était pas viable et allait “exploser en vol”. “On ne peut pas avoir un système où des gens créent une monnaie avec du vent et penser que ceux qui l’achètent sont vraiment malins”, avait-il dit lors d’une conférence à New York, menaçant de licenciement les traders de son groupe qui seraient tentés de miser dessus.

Le “buzz” provoqué par ces propos a en fait servi le bitcoin, dont la valeur a grimpé de 30% dans le mois qui a suivi. En octobre, la directrice financière de JPMorgan, Marianne Lake, a d’ailleurs tenter de corriger le tir en affirmant que la banque était “très ouverte d’esprit à la possible utilisation future de devises digitales qui sont correctement contrôlées et régulées.”

Malgré les critiques de Dimon, plusieurs banques, opérateurs boursiers et entreprises ont pris le train en marche, déclenchant une forte hausse de la cryptomonnaie. Les marchés à terme CME Group et CBOE Global Markets ont lancé des futures sur le bitcoin tandis que l’éditeur de logiciels Square a créé une application permettant des transactions.

Sur la plate-forme Bitstamp, le bitcoin s’échangeait à 14.202 dollars mardi contre 909 dollars il y a un an. En décembre, la monnaie a atteint un point culminant à plus de 19.000 dollars.

Dans son interview à Fox, Jamie Dimon a en revanche fait l’éloge de la “blockchain”, la technologie utlisée par les cryptomonnaies. “La blockchain est réelle. On peut avoir des cryptoyens et des cryptodollars”, a dit le banquier, invité de l’émission Fox Business.

Aparajita Saxena à Bengalore, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below