November 24, 2017 / 10:23 AM / in 7 months

Toulouse veut être la capitale des transports du futur

par Johanna Decorse

Vue du pont Saint-Pierre à Toulouse. Quelques mois après l'arrivée d'Hyperloop Transportation Technologies (HTT), la société EVA, qui porte un projet d'appareil volant autonome dont la commercialisation est programmée fin 2019, a officialisé sa création à Toulouse. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

TOULOUSE (Reuters) - Quelques mois après l’arrivée d’Hyperloop Transportation Technologies (HTT), la société EVA, qui porte un projet d’appareil volant autonome dont la commercialisation est programmée fin 2019, a officialisé sa création à Toulouse.

Ce nouvel acteur conforte la métropole dans son ambition de devenir “un pôle de référence mondial dans la mobilité du futur”.

Comme HTT, la société Electric Visionnary Aircrafts va rejoindre le site de l’ancienne base militaire 101 de Toulouse-Francazal dont une partie a été reconvertie en véritable pépinière des transports du futur.

Ses équipes s’installeront début janvier dans des bureaux de la tour de contrôle de l’ancien aéroport. La jeune pousse disposera aussi d’un hangar pour réaliser son prototype dont le premier vol à taille réelle est prévu fin 2018.

Le projet d’aéronef à décollage vertical à une place développé par EVA est porté par une équipe internationale de quatre personnes dont Olivier Le Lann, ancien DRH pour la région Asie du constructeur de voitures électriques, Tesla.

Créée le 19 novembre à Toulouse, la société qui vient de signer un bail de deux ans à Francazal, s’est également dotée d’une structure aux Etats-Unis qui sert de “véhicule” pour les investisseurs américains et japonais, précise Olivier Le Lann, le président d’EVA.

“Nous avions des opportunités à Singapour, en Californie ou encore à Seattle mais Toulouse est sortie du lot pour de nombreuses raisons : la qualité de ses écoles d’ingénieurs et de ses centres de recherche mais aussi pour les coûts de fabrication, notamment pour les coques carbone qui sont quatre à cinq fois moins chers qu’en Californie”, explique-t-il.

SEIZE MOTEURS POUR L’AVION A UNE PLACE

L’appareil développé par EVA pour contourner les embouteillages se distingue par sa taille compacte de quatre mètres sur deux et ses ailes repliables.

“Cet aéronef autonome, à propulsion électrique, décolle de façon verticale depuis la rue et à une certaine hauteur, les moteurs basculent en mode horizontal jusqu’au point d’arrivée où il retrouve sa position verticale. Il sera doté de seize moteurs, tous indépendants. Cette surpuissance se retrouvera aussi dans les batteries”, précise Olivier Le Lann.

Les aéronefs EVA, dont l’enveloppe, les moteurs, les batteries et les pièces avioniques seront fournis par des “entreprises européennes à 90”, seront assemblés à Toulouse.

Le premier vol du prototype à la taille 1/5 devrait avoir lieu d’ici deux mois, suivi par une phase 1/2 au printemps 2018 en vue d’un vol à taille réelle fin 2018 et d’une période de test en milieu urbain courant 2019. EVA a levé 5 millions d’euros auprès d’investisseurs privés pour financer les deux premières phases et devra procéder à un nouveau tour de table d’environ 10 millions d’euros pour la phase réelle.

La start-up table sur le recrutement d’une cinquantaine de personnes d’ici un an et sur une mise en circulation de ses appareils en 2019 en Asie et en 2021 en Europe.

En matière de débouchés, EVA vise “un marché primaire de type Uber” avec “l’exploitation de bases urbaines” et d’une flotte allant de 300 à 500 aéronefs par ville. Selon la jeune société, le secteur de la logistique pourrait aussi être séduit par ses véhicules volants capables de transporter 150kg de charge utile, tout comme les services de secours pour des opérations de sauvetage ou d’évacuation.

LE PROJET HYPERLOOP D’ELON MUSK

Sur le site de Francazal, EVA aura comme voisine la société américaine HTT qui a choisi Toulouse pour abriter son centre de recherche et développement européen sur le projet de train futuriste à très grande vitesse Hyperloop.

Cette implantation pour laquelle le PDG d’HTT, Dirk Ahlborn, prévoit d’investir 40 millions d’euros sur cinq ans doit accueillir une trentaine de doctorants et ingénieurs et réunira aussi à terme un incubateur de start-up travaillant sur des technologies connexes au projet Hyperloop et une piste d’essai d’1,3km dont la construction devrait démarrer en février 2018.

Lancé en 2013 par Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, le programme de recherche Hyperloop s’appuie sur des capsules lévitant dans des tubes à base pression à une vitesse pouvant atteindre 1200km/h. Parmi les sociétés les plus avancées sur cette technologie figure aussi Hyperloop One.

Sur ce même site de Francazal dédié à la mobilité du futur, la société toulousaine EasyMile qui, depuis 2014, développe avec le constructeur automobile Ligier des navettes électriques sans conducteur, dispose aussi d’une base de test.

Son modèle, le EZ10, qui peut embarquer jusqu’à 12 passagers à une vitesse maximale de 45km/h pour de courtes distances, est entré en exploitation dans un parc de Singapour ou encore à Arlington, au Texas pour assurer la liaison entre le stade de base-ball et les parkings.

DES NAVETTES AUTONOMES A PARIS

A Paris, la RATP vient également de solliciter EasyMile pour deux navettes autonomes qui assureront en test la liaison entre la station Château de Vincennes et le Bois de Vincennes.

Déjà implantée à Melbourne et Singapour et attendue en décembre à Denver et Berlin, la société toulousaine a levé en janvier dernier 14 millions d’euros auprès d’Alstom et bouclé six mois plus tard un second tour de table auprès de Continental, devenu lui aussi actionnaire minoritaire.

Pour Hubert Calmettes, directeur de l’agence d’Attractivité, dédiée au développement économique de Toulouse Métropole, c’est bien “l’écosystème toulousain” qui a été déterminant dans l’implantation de toutes ces entreprises.

“Dans un environnement concurrentiel fort, Toulouse, capitale mondiale de l’aéronautique et du spatial, reconnue pour ses laboratoires de recherche, ses écoles d’ingénieurs et sa maîtrise de technologies, notamment dans les systèmes embarqués, a des arguments considérables”, estime-t-il.

“Toulouse a l’ambition d’être un pôle de référence, un phare pour la mobilité du futur à l’échelle internationale et tous ses atouts la rendent crédible”, ajoute-t-il.

S’ils occupent EVA à 100%, les taxis volants autonomes intéressent aussi Airbus. L’un de ses projets, baptisé “Vahana”, une “plate-forme volante de transport de passagers individuels et de fret”, est actuellement développé par une équipe de A3, le pôle d’innovation créé par l’industriel dans la Silicon Valley, en Californie.

Mais c’est aux Etats-Unis et non à Toulouse, pourtant terre de prédilection de l’avionneur européen que le premier vol, prévu d’ici la fin de l’année, devrait avoir lieu.

Edité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below