12 mai 2015 / 06:18 / il y a 3 ans

Numericable-SFR vise plus d'économies et plus de marge

PARIS (Reuters) - Numericable-SFR a relevé mardi son objectif de rentabilité “à moyen terme” ainsi que le montant des économies qu‘il prévoit d‘effectuer d‘ici à 2017 après avoir communiqué des résultats trimestriels marqués par la baisse de son chiffre d‘affaires.

Patrick Drahi, président-fondateur d'Altice, propriétaire de Numericable-SFR. Numericable-SFR a relevé à plus de 45% son objectif de rentabilité "à moyen terme" ainsi que le montant des économies qu'il prévoit d'effectuer d'ici à 2017, initialement fixé à 1,1 milliard d'euros, après avoir communiqué des résultats trimestriels marqués par une baisse de son chiffre d'affaires. /Photo prise le 7 avril 2014/REUTERS/Philippe Wojazer

Le marché a salué ces annonces. Vers 10h04, l‘action du nouvel opérateur né du rachat du numéro deux français du mobile SFR, ex-filiale de Vivendi, par le spécialiste du câble, s‘offre 6,52% à 54,57 euros à la Bourse de Paris, après avoir atteint une pointe en séance à 55,61 euros.

“Ce sont des trimestriels formidables. L‘Ebitda (résultat avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) dépasse largement les attentes grâce à la matérialisation des économies (promises)”, réagit un opérateur basé à Paris.

Dans un communiqué, Numericable-SFR, qui publie pour la première fois ses résultats sur un trimestre complet, indique viser une marge d‘Ebitda de plus de 45% “à moyen terme”, à comparer à un objectif de 40% jusqu‘ici.

Le groupe précise également que les économies projetées dans le cadre du rapprochement “ont pu être mises en oeuvre de façon rapide” et estime désormais être en capacité de “dépasser” le montant de synergies brutes annuelles, initialement fixé à 1,1 milliard d‘euros, d‘ici à la fin de 2017.

Affecté toutefois par la perte de 400.000 abonnés dans la téléphonie mobile au premier trimestre, Numericable-SFR a vu ses ventes reculer de 4,6% à 2,74 milliards d‘euros. Grâce aux compressions de coûts, l‘Ebitda ajusté augmente de 21% à 930 millions d‘euros, faisant ressortir une marge de 34%.

Les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un chiffre d‘affaires de 2,76 milliards d‘euros et un Ebitda de 850 millions.

La société a par ailleurs dévoilé ses ambitions pour 2015, exercice au cours duquel elle espère voir son Ebitda ajusté progresser de 20%.

Retraité des dépenses d‘investissement (Capex), cet indicateur devrait se situer entre 1,9 et deux milliards d‘euros.

L‘ENJEU 4G

Comme au dernier trimestre de 2014, le nouvel ensemble a enregistré une dégradation de ses performances commerciales en début d‘année, ses dirigeants donnant la priorité à la protection du revenu moyen par abonné (Arpu) et des marges plutôt qu‘à la conquête de parts de marché.

Numericable-SFR, qui a relevé le prix de certains de ses forfaits, paye aussi le prix du coup de frein donné aux investissements ces derniers mois et symbolisé récemment par sa relégation en queue de peloton des mises en service d‘antennes “4G” en France, derrière le dernier né des opérateurs mobiles Free (Iliad).

Dans son communiqué, le groupe souligne qu‘il atteindra cette année 70% de couverture de la population en 4G puis 90% en 2017 et 99% en 2020.

Altice, la maison mère de Numericable, a de son côté fait état d‘un chiffre d‘affaires trimestriel en diminution de 3,3%, à 3,26 milliards d‘euros, et d‘un Ebitda en progression de 20%, à 1,18 milliard.

L‘action gagne plus de 9% à la Bourse d‘Amsterdam.

Avec Matthias Blamont et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Matthieu Protard

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below