6 août 2014 / 06:08 / dans 3 ans

Telecom Italia étudie toutes les possibilités au Brésil

MILAN (Reuters) - Telecom Italia étudie toutes les possibilités au Brésil, y compris celle d‘une acquisition qui ferait pièce à son principal actionnaire, l‘opérateur télécoms espagnol Telefonica, lequel a lancé mardi une OPA inattendue de 6,7 milliards d‘euros sur GVT, filiale locale de Vivendi.

Telecom Italia affiche une baisse de 7,6% de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) au premier semestre, à 4,345 milliards d'euros, due à la faiblesse de son marché d'origine mais aussi au ralentissement de la croissance de sa filiale Tim au Brésil. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Bianchi

Telecom Italia n‘exclut pas malgré tout de fusionner GVT avec sa propre filiale Tim Participacoes pour renforcer ses activités dans le haut débit.

Le Brésil représente le tiers environ du chiffre d‘affaires de Telecom Italia et, malgré le ralentissement actuel de son économie en cours, il reste le principal moteur de sa croissance alors que l‘Italie vient de replonger dans la récession.

Entravé par un lourd endettement et par la nécessité d‘une modernisation de ses réseaux, forcément coûteuse, l‘opérateur italien n‘a pas voulu ouvrir le bal de la consolidation du marché brésilien mais l‘initiative de Telefonica pourrait l‘obliger à réagir.

Son administrateur délégué, Marco Patuano, s‘est déclaré ouvert à toute proposition pour sa filiale brésilienne, y compris une alliance avec GVT, mais il a ajouté qu‘il n‘était pas question de faire une acquisition “folle” au Brésil.

“Nous gardons ouvertes toutes les possibilités mais nous ne sommes pas intéressés par quelque chose qui soit irrationnel”, a-t-il dit à des analystes mercredi.

Il également déclaré que Tim Brasil était un actif stratégique mais qu‘il pouvait toujours être vendu pour un bon prix.

OBSTACLES RÉGLEMENTAIRES

L‘action Telecom Italia perdait 2% à 0,8085 euro vers 16h15, tandis que l‘indice européen des télécoms cédait 0,5%.

Si Telecom Italia se décide à lancer une contre-offre sur GVT, il devra passer par une augmentation de capital pour financer l‘opération.

Une alliance entre Tim Brasil et GVT ne ferait que renforcer la rivalité de Telecom Italia avec Telefonica au Brésil en créant un concurrent plus solide face à Vivo, la filiale locale de l‘opérateur espagnol.

En revanche, si Telefonica parvient à ses fins en prenant le contrôle de GVT, TIM Brasil se retrouvera en mauvaise posture puisqu‘il sera le seul opérateur mobile brésilien dépourvu d‘une présence solide dans le haut débit.

Reste à savoir si la consolidation du secteur des télécoms au Brésil aura bien lieu, car les autorités de la concurrence pourraient bien freiner le mouvement.

Telefonica a tenté de monter une offre commune sur Tim Brasil avec d‘autres acteurs locaux tels qu‘America Movil et Grupo Oi pour ne pas se retrouver en porte-à-faux avec la réglementation locale.

Parallèlement, le groupe espagnol a entrepris de réduire sa participation de 14,8% dans Telecom Italia sous la pression des autorités brésiliennes parce qu‘il contrôle Vivo, le premier opérateur mobile du Brésil, et qu‘il détient une bonne participation indirecte dans le concurrent Tim Brasil.

RÉSULTATS EN BAISSE POUR TELECOM ITALIA

Dans le cadre de son offre sur GVT, Telefonica donne à Vivendi la possibilité d‘entrer au capital de Telecom Italia à hauteur de 8,3%, préparant ainsi sa sortie du groupe italien au terme d‘un délai de sept ans.

Vivendi a dit qu‘aucune de ses filiales n‘était à vendre mais que son conseil d‘administration étudierait fin août la proposition de Telefonica.

De son côté, la Cade, l‘autorité de la concurrence brésilienne, a estimé qu‘une cession par Telefonica d‘une partie du capital de Telecom Italia à Vivendi irait dans le bon sens.

Telecom Italia a par ailleurs fait état d‘une baisse de 7,6% de son excédent brut d‘exploitation (Ebitda) au premier semestre, à 4,345 milliards d‘euros, due à la faiblesse du marché italien mais aussi au ralentissement de la croissance de Tim au Brésil.

Son chiffre d‘affaires, également affecté par la dépréciation du réal brésilien, a diminué de 11,2% à 10,551 milliards d‘euros tandis que son endettement net atteignait 27,358 milliards d‘euros, en hausse de 551 millions sur les six premiers mois de l‘année.

Les résultats annoncés mercredi par Telecom Italia, qui souffre d‘un endettement important, sont très proches des prévisions des analystes.

Telecom Italia a évoqué des perspectives incertaines mais a dit espérer une amélioration graduelle de ses résultats cette année grâce à sa politique de réduction des coûts.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below