27 février 2014 / 19:29 / dans 4 ans

Bouygues Telecom contre-attaque, le marché en ébullition

PARIS (Reuters) - Bouygues Telecom a lancé sa contre-attaque mercredi en dévoilant une offre à bas tarif dans le fixe, menaçant d‘ouvrir un nouveau front dans la bataille des prix qui secoue un marché français des télécoms en pleine introspection sur sa recomposition.

Le groupe Bouygues va lancer une nouvelle offre "triple-play" internet, télévision, téléphonie fixe, à 19,99 euros par mois. L'offre, sans engagement, sera disponible à partir du 3 mars dans les principales grandes agglomérations françaises de plus de 100 000 habitants, sur le réseau Bouygues Telecom. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen

Affaiblie dans le mobile en dépit d‘une “blitzkrieg” menée tambour battant depuis l‘automne dans la 4G, la filiale de Bouygues espère à son tour jouer le rôle des trublions jusque-là occupé par son rival Free, filiale d‘Iliad.

“Nous pensons qu‘un marché mature comme celui-ci a besoin d‘être bousculé avec des offres innovantes”, a déclaré lors d‘une conférence de presse le PDG du groupe, Martin Bouygues.

Des marges de manoeuvre sont possibles alors que certains acteurs du fixe dégagent des marges supérieures à 40% comparables à celle du luxe, a-t-il souligné, en faisant implicitement référence au groupe de Xavier Niel dont la rentabilité élevée sur ce segment lui permet de financer ses nouvelles activités dans le mobile.

Bouygues Telecom, qui est le plus petit opérateur du fixe, commercialisera à partir de lundi prochain une nouvelle offre “triple-play” comprenant internet, la télévision et le téléphone à 19,99 euros par mois, ce qu‘il présente comme la proposition la moins chère du marché.

Bouygues, qui promet également une “rupture technologique” pour le deuxième trimestre, se donne ainsi pour ambition à terme d‘atteindre 20% de part de marché et cinq millions de clients.

Free n‘a toutefois pas tardé à riposter en dégainant une offre Alicebox revisitée incluant désormais gratuitement la télévision pour un prix de 19,98 euros par mois pour les foyers dégroupés, faisant craindre une nouvelle salve de baisse de prix, cette fois dans le fixe, après la chute des tarifs dans le mobile.

A 14h30, l‘action d‘Iliad chute de 7,87% à 163,35 euros tandis que Bouygues réduit ses gains et progresse de 0,31% à 30,34 euros.

Des concurrents de Bouygues s‘étonnent de la “marche arrière” opérée par l‘opérateur, qui avait été pionnier dans la commercialisation d‘offres “quadruple-play” incluant le mobile.

Prié de dire si le groupe gagnerait encore de l‘argent sur sa nouvelle offre fixe, Martin Bouygues a répondu : “Entre en gagner énormément et en gagner un petit peu, il y a une marge que nous utilisons.”

ILIAD À l‘AFFUT

De l‘avis de certains analystes, l‘opérateur, dont les marges de manoeuvre financières sont limitées, pourrait avant tout chercher à envoyer un signal au gouvernement au moment où circulent de nombreux scénarios de recomposition du secteur.

Tout s‘est accéléré avec le projet d‘introduction en Bourse du deuxième opérateur de téléphonie mobile en France, SFR, dont la maison mère Vivendi veut se séparer.

Numericable a été le premier à sortir du bois en officialisant lundi son intérêt pour la marque au carré rouge, une opération qui obligerait les concurrents à envisager des solutions de riposte.

”Certains intéressés pouvaient attendre la cotation en Bourse de SFR“, a expliqué une source au fait des discussions. Maintenant que Numericable s‘est fait connaître, les choses se mettent à bouger”, a-t-elle ajouté.

Selon plusieurs médias, Bouygues étudierait notamment une offre sur SFR de crainte de se retrouver marginalisé. Interrogé à ce sujet, Martin Bouygues s‘est refusé à tout commentaire.

Iliad, de son côté, étudiera ses options en fonction de la tournure que prendra ce jeu de dominos, selon une source au fait de sa stratégie.

“Le groupe n‘a besoin de personne”, a souligné cette source, en ajoutant toutefois qu‘il étudierait toute opportunité “permettant à un prix raisonnable de récupérer du chiffre d‘affaires supplémentaire et un réseau”.

Iliad a déjà par le passé regardé de près le dossier SFR mais avait à l‘époque été dissuadé par l‘Autorité de la concurrence, a précisé la source, ajoutant qu‘un rapprochement Iliad-Bouygues pourrait également se révéler une alternative pertinente.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below