17 janvier 2008 / 06:36 / dans 10 ans

Pas de fonds européens pour la délocalisation de Nokia

STRASBOURG (Reuters) - Le président de la Commission européenne, José-Manuel Barroso, a assuré mercredi qu‘aucun fonds européen n‘avait été utilisé pour favoriser la délocalisation vers la Roumanie des activités d‘une usine allemande de Nokia.

<p>L'usine Nokia de Bochum. Le pr&eacute;sident de la Commission europ&eacute;enne, Jos&eacute;-Manuel Barroso, a assur&eacute; mercredi qu'aucun fonds europ&eacute;en n'avait &eacute;t&eacute; utilis&eacute; pour favoriser la d&eacute;localisation vers la Roumanie des activit&eacute;s de l'usine allemande du fabricant finlandais. /Photo prise le 15 janvier 2008 REUTERS/Ina Fassbender</p>

“Aucun financement du Fonds européen de développement n‘est impliqué dans cette délocalisation”, a-t-il dit en réponse à une interpellation du président du groupe socialiste au parlement européen, l‘Allemand Martin Schulz.

Le numéro un mondial des combinés mobiles a annoncé mardi son intention de fermer d‘ici six mois son usine de Bochum (Rhénanie du nord-Westphalie, nord-ouest de l‘Allemagne), ce qui pourrait entraîner la suppression de 2.300 emplois.

Tout en jugeant inacceptable le fait que des fonds européens puissent financer une délocalisation d‘entreprise à l‘intérieur de l‘UE, ce qui serait “de la concurrence déloyale”, le président de la Commission a relativisé le problème.

“Il est vrai que l‘Union européenne, par le biais du programme Phare (l‘un des programmes d‘aide de préadhésion), a financé un parc industriel en Roumanie dans lequel plusieurs entreprises investissent à l‘heure actuelle”, a-t-il reconnu.

“Mais il faut établir une distinction entre délocalisation à l‘extérieur de l‘Union européenne et délocalisation en Europe. Si les investissements vont de Finlande en Allemagne, ils peuvent également aller d‘Allemagne en Roumanie, soyons honnêtes”, a-t-il poursuivi.

“Il faut que tous les dirigeants aient le courage d‘expliquer les avantages de l’élargissement”, a-t-il conclu en rappelant que l‘Allemagne était actuellement le premier exportateur de l‘UE vers les nouveaux Etats membres.

Gilbert Reilhac

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below