February 24, 2008 / 1:07 PM / 11 years ago

700.000 personnes ont vu la vidéo des propos de Nicolas Sarkozy

PARIS (Reuters) - Plus de 700.000 personnes ont regardé la vidéo du journal Le Parisien où Nicolas Sarkozy tient un langage fleuri à un visiteur du Salon de l’agriculture qui ne veut pas lui serrer la main, a-t-on appris auprès du quotidien.

Près de 350.000 personnes ont regardé la vidéo du journal Le Parisien où Nicolas Sarkozy tient un langage fleuri à un visiteur du Salon de l'agriculture qui ne veut pas lui serrer la main, a-t-on appris auprès du quotidien. /Photo prise le 23 février 2008/REUTERS/Thibault Camus/Pool

“703.286 personnes l’avaient vue dimanche en début de soirée sur Le Parisien.fr, c’est un véritable buzz”, a déclaré une porte-parole.

David Martinon, porte-parole de l’Élysée, a déclaré n’avoir aucun commentaire à faire sur cet incident, qui rappelle celui qui avait opposé le chef de l’État à des marins-pêcheurs du Guilvinec début novembre.

Pour Jean-Pierre Raffarin, il s’agit d’une vidéo privée qui ne constitue pas un fait politique.

“C’est un dialogue privé, d’homme à homme, c’est un dialogue volé. Cette vidéo ne me semble pas être un fait politique”, a déclaré l’ex-premier ministre UMP sur Europe 1, TV5-Monde et Le Parisien Aujourd’hui.

Mais le Premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande, a jugé “insupportable” que Nicolas Sarkozy n’ait pas un comportement exemplaire dans sa fonction.

“C’est quand même un comble que ce soit l’opposition qui rappelle le président à ses devoirs”, a-t-il dit sur Canal +.

“On ne tombe pas dans le pugilat (...) On n’interpelle pas un marin ou un ouvrier pour qu’il vienne ici rendre compte de ce qu’il a dit, on n’entre pas dans un conflit avec quelqu’un qui ne vous serre pas la main”, a-t-il ajouté.

Pour François Hollande, “c’est à force de manquer à tous ses devoirs que Nicolas Sarkozy connaît finalement la désaffection populaire”.

“Ce qui est aujourd’hui insupportable, c’est que le président ne soit pas exemplaire. Il n’est pas un citoyen comme les autres, il ne peut pas parler de ses propres croyances ou de ses propres convictions, il est le président de tous les Français”, a-t-il avancé.

Jean-Marie Le Pen a estimé que cet incident était “dérisoire”, mais révélateur d’une “grave erreur” à savoir “vouloir continuer une campagne électorale comme s’il était candidat alors qu’il est président de la République.”

“Le pays lui reproche ce manque de tenue, ce manque de rigueur”, a dit le président du Front national au Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI.

La scène diffusée par journal Le Parisien sur son site internet montre Nicolas Sarkozy progressant samedi dans la cohue du Salon de l’agriculture en serrant des mains, entouré de gardes du corps. Arrivé au niveau d’un homme en veste beige, il s’énerve quand ce dernier se retourne brusquement.

“Ah non, touche moi pas”, lui lance le visiteur en colère. “Casse-toi, alors”, répond Nicolas Sarkozy. “Tu me salis”, insiste le badaud. “Casse-toi alors ! Pauvre con va...”, répond le président français sans se départir de son sourire avant de poursuivre sa route.

Gérard Bon

Nicolas Sarkozy lors de sa visite au Salon de l'Agriculture, Porte de Versailles, à Paris. Le journal Le Parisien a diffusé sur son site internet une scène dans laquelle, repoussé par un homme qui ne voulait pas lui serrer la main, le président laisse fuser quelques insultes. Plus de 700.000 personnes l'avaient visionnée dimanche en début de soirée, selon une porte-parole./Photo prise le 23 février 2008/REUTERS/Thibault Camus/Pool

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below