1 février 2008 / 07:03 / dans 10 ans

Nexans réévalue ses perspectives et retrouve des marges

PARIS (Reuters) - Nexans réévalue ses perspectives et annonce de nouvelles cessions après un exercice 2007 qui s‘est traduit par une amélioration des performances et par de nouvelles marges de manoeuvre.

<p>Le fabricant de c&acirc;bles Nexans a r&eacute;&eacute;valu&eacute; ses perspectives pour 2008 et 2009 et annonc&eacute; de nouvelles cessions apr&egrave;s des r&eacute;sultats 2007 qui se sont traduits par une am&eacute;lioration des performances op&eacute;rationnelles. /Photo d'archives/REUTERS/Victor Fraile</p>

Le P-DG Gérard Hauser n‘a pas hésité à parler de “résultats historiques” pour le fabricant de câbles qui s‘est totalement restructuré ces dernières années pour se positionner comme un fournisseur clé du secteur en croissance de l’énergie.

Le groupe a réalisé un bénéfice net, part du groupe, de 189 millions d‘euros contre 241 millions, soit une multiplication par deux hors une plus-value de 149 millions sur la cession des activités de distribution en Suisse en 2006.

Le résultat opérationnel a atteint 362 millions contre 363 millions pour des ventes de 7.412 millions contre 7.489 millions. Le chiffre d‘affaires à prix du métal constant s‘est élevé à 4.822 millions contre 4.442 millions.

Nexans a fait état d‘une “marge opérationnelle” - indicateur de gestion utilisé par le groupe pour mesurer sa performance - de 409 millions contre 260 millions, soit un taux de 8,5% sur les ventes à prix du métal constant contre 5,8%.

La dette financière nette a été ramenée à 290 millions contre 632 millions, soit un gearing de 16% contre 40% et un ratio sur Ebitda de 0,6 fois contre 1,6 fois. Le groupe a dégagé un cash flow opérationnel de 374 millions d‘euros.

Fort de ces résultats, Nexans a décidé de proposer un dividende de 2,0 euros contre 1,2 euro. Il va par ailleurs lancer un programme de rachats d‘actions à hauteur de 70 millions avec pour objectif d‘annuler les titres.

Nexans a confirmé la poursuite de son recentrage et a annoncé le lancement d‘une opération de cession de ses activités d‘infrastructures de télécom cuivre en Espagne (50 millions d‘euros de chiffre d‘affaires et marge de 3% à 4%). Un accord exclusif a été conclu avec un groupe américain et l‘opération pourrait être bouclée au cours du premier trimestre.

SAISIR DES OPPORTUNITÉS DE CROISSANCE

Le groupe a également mis à l’étude son désengagement de l‘activité de fabrication de faisceaux pour l‘industrie automobile, notamment pour BMW (250 millions de chiffre d‘affaires avec une marge de 8% et 4.400 salariés).

Parallèlement, Nexans espère finaliser vers la mi-2008 l‘acquisition des activités câbles de Madeco en Amérique du Sud.

Une fois ces modifications de périmètre entérinées, le groupe s‘estime bien placé sur la période 2008-2009.

“Nous avons décidé de réévaluer nos objectifs à l‘horizon 2009 puisqu‘en juin 2007 nous avions atteint les objectifs que nous nous étions fixés pour l‘année 2009”, a dit Frédéric Vincent, directeur général délégué.

Sur le nouveau périmètre, “nous attendons une croissance organique de notre chiffre d‘affaires de l‘ordre de 6% par an. Je vous rappelle que nous avons enregistré 12%. C‘est donc une progression que nous jugeons prudente.”

Nexans a promis une marge opérationnelle de 7% à 10%. “A conditions économiques qui seraient considérablement dégradées, notre opérationnelle s’élèverait à 7% et à conditions économiques que nous avons observées au deuxième semestre 2007 nous serions en mesure d‘atteindre en 2009 une rentabilité opérationnelle de l‘ordre de 10%”, a souligné Frédéric Vincent en ajoutant qu‘en tout état de cause le groupe prévoyait “la génération d‘un fort cash flow libre” en 2008 et 2009.

Gérard Hauser a assuré que le groupe avait “la capacité pour saisir des opportunités de croissance externe” et des “marges de manoeuvre pour la rotation d‘actifs”.

Il a dit ne pas comprendre l’évolution récente du cours de bourse, qui est passé d‘un plus haut de 132,44 euros le 24 juillet à un plus bas de 55,58 euros le 22 janvier. “Il n‘y a aucune espèce de logique à ce que le cours de Nexans soit tombé à 55 euros. On est dans le ridicule achevé”, a-t-il martelé en soulignant que la volatilité était devenue “un produit” pour les intervenants sur les marchés financiers.

“Je crois qu‘aujourd‘hui être à 70 ou 75 euros ne reflète pas des PER (ratio cours sur bénéfice) satisfaisant”.

Vers 11h40, le titre gagnait 4,63% à 73,67 euros dans plus de 406.000 pièces échangées, soit 98% du volume quotidien moyen des 30 dernières séances.

William Emmanuel

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below