20 décembre 2012 / 15:24 / il y a 5 ans

Tennis: Novak Djokovic et Serena Williams en haut de l'affiche

par Chrystel Boulet-Euchin

Si la Biélorusse Victoria Azarenka a conservé en 2012 sa place de numéro un mondiale, l'Américaine Serena Williams, troisième du classement WTA, lui ravit sans peine le titre de joueuse de l'année. Décevante en Australie et à Roland-Garros, la cadette des soeurs Williams a ensuite remporté Wimbledon et doublé la mise sur le gazon londonien en s'imposant en simple et en double lors des Jeux Olympiques, avant de s'imposer à l'US Open et au Masters d'Istanbul. /Photo prise le 9 septembre 2012/REUTERS/Kevin Lamarque

PARIS (Reuters) - D‘aucuns les disaient sur la pente descendante mais Novak Djokovic et Serena Williams ont réalisé une deuxième partie de saison fantastique pour finir en maîtres du tennis mondial.

Le Serbe a terminé pour la seconde année d‘affilée à la première place mondiale quand l‘Américaine a éclipsé ses rivales.

Fort d‘une saison 2011 sensationnelle, Novak Djokovic avait beaucoup à perdre cette année. Mais il a démarré en trombe, conservant en janvier son titre à l‘Open d‘Australie, première levée du Grand Chelem.

La suite a été plus compliquée, au point qu‘en juillet le Serbe a cédé sa place de numéro un mondial à Roger Federer, revenu sous les ors du tennis international après un septième titre à Wimbledon -un record.

Entretemps, le destin de Rafael Nadal avait basculé. L‘Espagnol a bien soulevé sa septième Coupe des mousquetaires sur la terre battue de Roland-Garros mais il a ensuite replongé, victime d‘un physique toujours poussé dans ses derniers retranchements.

Une fois encore, ses genoux ont lâché et, après une piteuse défaite au deuxième tour de Wimbledon face à Lukas Rosol, alors modeste 100e mondial, le Majorquin a posé sa raquette et renoncé à la suite de la saison, laissant le champ libre à ses rivaux.

Roger Federer en a profité pour reprendre la tête, jusqu‘à ce que Novak Djokovic ne revienne s‘installer dans le fauteuil en novembre après une convaincante tournée asiatique.

Redevenu roi de la planète tennis, le joueur de Belgrade a empoché le titre au Masters de Londres au terme d‘une saison qui a vu Andy Murray tenir -enfin- toutes ses promesses.

MURRAY, ENFIN

Le Britannique s‘est offert la plus belle des couronnes en décrochant le titre olympique à Londres, en août, avant de décrocher un mois plus tard son premier titre du Grand Chelem à l‘US Open.

Cette “bande des quatre” n‘a laissé que des miettes à ses rivaux. Ils ont remporté les quatre titres du Grand Chelem, raflé huit des neufs Masters 1000, l‘Espagnol David Ferrer, cinquième mondial, étant le seul à venir jouer les trouble-fête en s‘imposant à Bercy.

Le Valencian est d‘ailleurs le joueur ayant remporté le plus de titres en cette année 2012 où il a inscrit son nom au palmarès de sept épreuves.

Le tennis français a, lui, vécu une année mi-figue mi-raisin. Richard Gasquet a réintégré le top 10, où il côtoie Jo-Wilfried Tsonga, mais aucun de ses représentants ne s‘est montré particulièrement brillant dans les grands rendez-vous.

Du côté des femmes, Marion Bartoli peut au moins se targuer d‘avoir été la première à mettre un terme, à la fin de l‘hiver, à l‘invincibilité de Victoria Azarenka, numéro un mondiale contestée.

Car si la Biélorussie a remporté six titres dont l‘Open d‘Australie et conservé sa place de numéro un, Serena Williams lui dispute, et lui ravit sans peine, le titre de joueuse de l‘année.

Désormais entraînée en France par Patrick Mouratoglou, la cadette des deux soeurs américaines a joué cette saison “à mi-temps” mais a gagné trois titres majeurs et fini à la troisième place mondiale.

DOUBLÉ TCHÈQUE

Décevante en Australie -défaite au troisième tour- et à Roland-Garros où elle fut éliminée d‘entrée par la Française Virginie Razzano, Serena Williams a ensuite remporté Wimbledon et doublé la mise sur le gazon londonien en s‘imposant en simple et en double lors des Jeux Olympiques.

Un été bien rempli conclu par un succès à l‘US Open où l‘ancienne numéro un mondiale a remporté le 15e titre du Grand Chelem de sa carrière, avant d‘achever l‘année par une victoire au Masters d‘Istanbul.

La Russe Maria Sharapova a, elle, terminé 2012 au deuxième rang de la hiérarchie internationale forte notamment d‘un sacre tant attendu sur la terre battue de Roland-Garros, seul tournoi du Grand Chelem qui manquait à son palmarès.

Cette année a également été marquée par un joli doublé des équipes tchèques qui ont remporté la Fed Cup et la Coupe Davis, une première pour une nation depuis les Etats-Unis en 1990.

Les garçons, emmenés par Tomas Berdych et Radek Stepanek, ont pris le meilleur sur l‘Espagne, tenante du titre certes privée de Nadal mais forte de Ferrer (3-2), pour soulever le Saladier d‘Argent.

Deux semaines auparavant dans la même 02 Arena de Prague, les filles, avec comme fer de lance Petra Kvitova, avaient remporté la Fed Cup face à la Serbie d‘Ana Ivanovic et Jelena Jankovic, deux anciennes numéros un mondiales (3-1).

Edité par Grégory Blachier

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below