3 novembre 2012 / 20:33 / dans 5 ans

Tennis: Ferrer-Janowicz, le choc des extrêmes à Bercy

par Chrystel Boulet-Euchin

<p>La finale du Masters 1000 de Paris-Bercy aura dimanche l'allure d'un choc des extr&ecirc;mes entre l'Espagnol David Ferrer (photo), cinqui&egrave;me joueur mondial, et le jeune Polonais Jerzy Janowicz, issu des qualifications. /Photo prise le 3 novembre 2012/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>

PARIS (Reuters) - La finale du Masters 1000 de Paris-Bercy aura dimanche l‘allure d‘un choc des extrêmes entre l‘Espagnol David Ferrer, cinquième joueur mondial, et le jeune Polonais Jerzy Janowicz, issu des qualifications.

Les deux finalistes ont mis fin samedi aux espoirs de voir un, si ce n‘est deux, Français en finale de l’épreuve parisienne, en battant Michaël Llodra pour Ferrer et Gilles Simon pour Janowicz.

Le joueur polonais, 21 ans, avait pour lui la fraîcheur apportée par une grande première dans un tournoi d‘importance. Jamais auparavant il n’était parvenu dans le tableau final d‘un Masters 1000 et il a frappé un grand coup.

Après des victoires successives sur Philipp Kohlschreiber, Marin Cilic, Andy Murray et Janko Tipsarevic, il a battu le Français Gilles Simon, cinquième membre du top 20 inscrit à son tableau de chasse à Paris.

Une victoire nette et sans bavure 6-4 7-5 qui a fait exulter le jeune joueur et nourri les regrets de Simon.

Des regrets, Michaël Llodra peut également en avoir après sa défaite 7-5 6-3 .

Le Parisien s‘est en effet procuré dix balles de break dans la première manche, sans parvenir à en convertir aucune face au mur Ferrer, qui a saisi sa chance dès qu‘elle s‘est présentée pour empocher le premier set, avant de dominer le deuxième.

A la décharge de Llodra, un dos “un peu raide” après des efforts répétés mais aussi une régularité de métronome du côté de Ferrer.

L‘Espagnol partira dimanche en quête d‘un premier titre dans un Masters 1000 mais aussi d‘un septième trophée cette saison, ce qui ferait de lui le joueur le plus titré en 2012 juste devant Roger Federer, qui cédera lundi sa place de numéro un mondial à Novak Djokovic.

FERRER: “LA MEILLEURE ANNÉE DE MA CARRIÈRE”

Ferrer s‘est en effet imposé cette saison à Auckland, Buenos Aires, Acapulco, s‘Hertogenbosch, Bastad et Valence et une victoire à Paris lui offrirait la plus haute marche du podium en 2012.

Un succès serait de bon augure avant de rallier Londres et le Masters qui réunira à partir de lundi les huit meilleurs joueurs de l‘année encore valides.

“Cette année a été la meilleure de ma carrière car je n‘avais jamais gagné six titres en une seule saison. Demain, si je gagne, cela fera sept et je suis très content de cela. J‘ai gagné beaucoup de matches et je vais essayer de continuer à jouer cette année”, a dit l‘Espagnol.

Reste que se dressera en face de lui un joueur qui n‘a rien à perdre, bien au contraire.

“Il joue très bien. Il a un excellent service. Son coup droit est très bon aussi. Il est très puissant. Je crois qu’à l‘avenir, ce sera un grand joueur”, a dit Ferrer.

“Je suis heureux d’être en finale. Le match sera difficile (...) Je vais faire de mon mieux.”

Les deux hommes, que neuf ans séparent, ne se sont jamais rencontrés. Il est fort à parier que dans cette rencontre inédite, Ferrer, malgré son expérience, soit le plus tendu des deux.

Car si le palmarès de l‘Espagnol parle pour lui, le parcours de Jerzy Janowicz peut le laisser rêver à un exploit plus grand encore.

Edité par Julien Prétot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below