June 17, 2012 / 8:43 AM / 7 years ago

Euro: Portugal-Pays-Bas, retrouvailles explosives

KHARKOV (Reuters) - Les chemins du Portugal et des Pays-Bas se croisent à nouveau dimanche pour un match qui s’annonce explosif dans le Groupe B de l’Euro où les Néerlandais, vice-champions du monde, sont au bord de l’élimination après deux défaites consécutives.

Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers de la sélection portugaise, à l'entraînement à Kharkov, en Ukraine, à la veille d'un match attendu comme explosif, contre les Pays-Bas. Les retrouvailles entre les deux équipes sentent d'autant plus la poudre que la dernière confrontation entre les deux pays, en huitième de finale de la Coupe du monde 2006, s'était soldée par un triste record: 20 cartons distribués dont 16 jaunes et quatre rouges. /Photo prise le 16 juin 2012/REUTERS/Vasily Fedosenko

Ces retrouvailles sentent d’autant plus la poudre que la dernière confrontation entre les deux pays, en huitième de finale de la Coupe du monde 2006, s’était soldée par un triste record: 20 cartons avaient été distribués, 16 jaunes et quatre rouges, dans une rencontre d’une rare violence restée dans les mémoires sous le nom de “bataille de Nuremberg”.

Le public avait eu droit ce jour-là à presque tout ce qui se fait de pire dans un match de football: tacles dangereux, simulations, coups de tête, incidents en marge du jeu et bousculades entre membres des deux bancs.

Les Portugais s’étaient qualifiés (1-0) grâce à un but de Maniche en première période laissant un fort ressentiment chez les Oranges qui avaient eu l’impression d’un résultat injuste.

Mark van Bommel avait évidemment pris une bonne part à tous ces événements et révélé un tempérament agressif de nouveau à l’oeuvre dans son association avec Nigel de Jong lors d’un autre match déplaisant, la finale de la Coupe du monde 2010.

La tâche de l’arbitre italien Nicola Rizzoli s’annonce d’autant plus délicate que sept joueurs de l’actuelle sélection néerlandaise faisaient partie de cette peu glorieuse aventure et qu’un parfum de revanche risque de flotter dans le stade de Kharkov.

La présence d’un défenseur comme Pepe, connu pour son tempérament rugueux, et celle de Cristiano Ronaldo qui avait été la cible privilégiée des Néerlandais en 2006, risquent d’échauffer un peu plus les esprits.

Les deux équipes peuvent encore se qualifier pour les quarts de finale mais l’équation est quasiment insoluble pour les Pays-Bas qui n’ont pas inscrit le moindre point après les revers subis face au Danemark (1-0) et face à l’Allemagne (2-1).

Les choses se présentent sous un jour un peu plus clément pour les Portugais qui se sont relancés contre les Danois (3-2) et comptent trois points après avoir chuté (1-0) contre les Allemands au premier match.

Si les hommes de Bert van Marwijk devaient quitter la compétition, il ne s’agirait pas d’une première. L’histoire montre que les vice-champions du monde ne réussissent pas nécessairement bien en championnat d’Europe.

Une telle déconvenue était arrivée aux Néerlandais eux-mêmes en 1980, aux Allemands de l’Ouest en 1984, aux Italiens en 1996 aux Allemands en 2004 et aux Français en 2008.

“Je pense que cela va à nouveau être un match dur, les deux équipes ayant besoin de gagner”, a commenté Silvestre Varela, auteur du but victorieux contre le Danemark.

“Nos adversaires sont meurtris et ils vont vouloir laisser une bonne impression au travers de ce match”, a-t-il jugé.

Brian Homewood; Pierre Sérisier pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below