17 septembre 2009 / 10:00 / il y a 8 ans

Ligue des champions: Lyon mesure ses progrès

par André Assier

<p>Interception du ballon par le Lyonnais Cesar Delgado (au premier plan) sous les yeux de l'Italien Riccardo Montolivo de la Fiorentina. L'OL a pu mesurer lors de sa victoire r&eacute;confortante contre le club de S&eacute;rie A (1-0) l'&eacute;tendue des progr&egrave;s accomplis en un an. /Photo prise le 16 septembre 2009/REUTERS/Robert Pratta</p>

LYON (Reuters) - L‘Olympique Lyonnais de Claude Puel a pu mesurer lors de sa victoire réconfortante 1-0 contre la Fiorentina l’étendue des progrès accomplis en un an.

L‘OL avait déjà accueilli le club italien l‘an dernier pour le lancement de sa campagne en Ligue des champions.

Les années se suivent et ne se ressemblent pas : douze mois après un match stressant et un nul 2-2 arraché in extremis dans les dernières minutes, l‘OL a confirmé l‘impression laissée depuis le début de saison en Ligue 1.

Cette victoire - la septième de rang toutes compétitions confondues en huit matches disputés - permet à Lyon de se dégager un peu la vue dans le mini-championnat européen de l‘automne.

Sidney Govou, qui a participé aux dix campagnes consécutives de Lyon en Ligue des champions, savoure en habitué : “C‘est très bien et très important. Cela nous met dans de bonnes dispositions pour la suite. Cela nous fait du bien mentalement.”

Miralem Pjanic, unique buteur du match, abonde dans ce sens : “Nous savions qu‘il nous fallait débuter par une victoire à domicile. Nous l‘avons fait. 1-0, cela suffit. Nous aurions pu marquer deux ou trois buts de plus mais nous sommes tombés sur un excellent gardien.”

Lyon a tout de même souffert dans une première mi-temps nerveuse et mal maîtrisée par tous les acteurs, arbitres compris.

Le match a en partie basculé avec l‘expulsion de l‘attaquant florentin Alberto Gilardino juste avant la pause et les Lyonnais se réjouissent d‘avoir su faire preuve de patience, ensuite, pour l‘emporter.

“L’ÉTAT D‘ESPRIT REQUIS”

“En première période, nous avons été en difficulté”, reconnaît Cris. “Mais après l‘exclusion de Gilardino, c’était plus facile pour nous. Nous avons mieux joué au ballon, nous avons été meilleurs dans la conservation.”

Claude Puel a délivré un message de calme à ses joueurs à la mi-temps et il s‘est réjoui de les voir appliquer ses consignes.

“Il fallait jouer, prendre les extérieurs et ne pas se précipiter”, détaille l‘entraîneur lyonnais. “Il fallait les faire courir en étant patient car ce n‘est jamais évident. C‘est ce que nous avons fait.”

“Nous avons trouvé les intervalles nécessaires. Il y a eu beaucoup de situations. Bravo à nos joueurs car ils ont fait un gros match”, ajoute-t-il.

La recette a aussi été gagnante car les Lyonnais, version été-automne 2009, disent mieux vivre ensemble que la saison dernière.

“Nous faisons notre travail, l‘ambiance est bonne”, insiste Cris. “Nous avons retrouvé le plaisir de jouer. Tout le monde a envie d‘apporter sa pierre à l’édifice.”

Puel confirme : “Nous avons en ce moment l’état d‘esprit requis, où tout le monde donne tout, notamment avec les joueurs qui rentrent, et nous avons un groupe à l‘unisson. La route est encore longue mais c‘est bien de pouvoir compter sur tous ces joueurs.”

Lyon peut aborder ses deux prochains déplacements européens, à Debrecen puis à Liverpool, avec sérénité.

“Une victoire, c‘est déjà bien et maintenant, nous avons deux matches à l‘extérieur. Il faut faire minimum quatre points”, prévient Cris.

Edité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below