July 16, 2008 / 8:18 AM / 11 years ago

Tour de France: l'Espagnol Dueñas Nevado positif à l'EPO

par François Thomazeau et Julien Prétot

Moises Dueñas Nevado a été contrôlé positif à l'EPO au cours de la quatrième étape du Tour de France à Cholet. L'hôtel de l'équipe Barloworld, au sein de laquelle évolue le coureur espagnol, a été perquisitionné, à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées. Le coureur a été exclu par sa formation. /Photo prise le 9 juillet 2008/REUTERS/Bogdan Cristel

TARBES, Hautes-Pyrénées (Reuters) - L’Espagnol Moises Dueñas Nevado a été contrôlé positif à l’EPO au cours de la quatrième étape du Tour de France à Cholet, a annoncé l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD).

Le coureur, deuxième Espagnol contrôlé positif depuis le début du Tour, a été exclu de la course par son équipe Barloworld, qui a exprimé son incrédulité. Cette décision, conforme à la convention signée avec les organisateurs, permet aux autres coureurs de la Barloworld de rester sur le Tour.

Ils ont pris le départ de la 11e étape mercredi entre Lannemezan et Foix, avec le reste du peloton.

“Nous avons notifié au coureur Moises Dueñas Nevado son contrôle positif à l’EPO sur la quatrième étape, ce matin à 09h00”, a déclaré Pierre Bordry, président de l’AFLD, à Reuters.

L’hôtel de la Barloworld a été investi mercredi matin par une cinquantaine de policiers qui ont perquisitionné dans plusieurs chambres de l’établissement situé à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées.

Moises Dueñas Nevado a été emmené à la gendarmerie la plus proche pour y être entendu, comme le prévoit la législation antidopage en France.

BARLOWORLD “NE COMPREND PAS”

“C’est incroyable. On ne comprend pas. Je n’ai pas eu l’occasion de parler à Dueñas qui a été immédiatement pris en charge par les gendarmes”, a déclaré Claudio Corti, manager de la Barloworld.

Il s’agit du deuxième cas de dopage mis au jour depuis le départ du Tour de France 2008, après le contrôle positif à l’EPO d’un autre coureur espagnol, Manuel Beltran de l’équipe Liquigas, lors de la première étape de cette édition.

Pat McQuaid, président de l’Union cycliste internationale, y voit davantage qu’une coïncidence.

“Il est intéressant de constater qu’il s’agit du deuxième coureur espagnol (contrôlé positif sur le Tour)”, a réagi McQuaid, qui a qualifié Dueñas Nevado d’”idiot”.

“L’Espagne met plus de temps à comprendre le message”, a-t-il déclaré à Reuters.

Un scandale de dopage sanguin, baptisé Opération Puerto, a éclaté en Espagne en mai 2006. Il a emporté plusieurs coureurs de premier plan, pas seulement espagnols.

Les autorités espagnoles ont toutefois refusé de transmettre les poches de sang saisies à l’UCI et à l’Agence mondiale antidopage, qui souhaitent procéder à des tests ADN.

Dueñas Nevado avait pris la 82e place de la quatrième étape, un contre-la-montre autour de Cholet, à 3’05 du vainqueur Stefan Schumacher.

Il occupait la 19e place du classement général, mercredi matin, avant le départ de la 11e étape, à 6’43 du maillot jaune Cadel Evans.

L’hôtel Rex de la Barloworld abritait également les coureurs de l’équipe française Bouygues Telecom, dont le manager Jean-René Bernaudeau a dit à Reuters tout son étonnement.

“Ils sont là, à croire qu’il y a un terroriste dans l’hôtel. Ils ne nous disent pas ce qu’ils veulent. Ils ne se sont pas occupés de nous (Bouygues Telecom)”, a déclaré Bernaudeau.

Edité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below