January 18, 2011 / 7:45 PM / 8 years ago

Pour sauver la planète... devenez insectivores !

par Ivana Sekularac

Pots de vers dans l'école de chefs cuisiniers de Rijn Ijssel à Wageningen. Le chercheur néerlandais Arnold van Huis préconise de manger des insectes car, selon lui, à quantité égale, ils contiennent davantage de protéines que le bétail. Par ailleurs, leur "élevage" est moins coûteux, moins gourmand en eau et leur bilan carbone est faible, plaide-t-il. /Photo prise le 12 janvier 2011/REUTERS/Jerry Lampen

WAGENINGEN, Pays-Bas (Reuters) - Il existe un moyen simple pour sauver les forêts tropicales, améliorer votre alimentation et votre santé, tout en réduisant vos émissions de gaz à effet de serre et en rognant sur votre budget alimentaire: manger des insectes.

C’est du moins la thèse que défend le chercheur néerlandais Arnold van Huis. Selon lui, à quantité égale, les insectes contiennent davantage de protéines que le bétail. Par ailleurs, leur “élevage” est moins coûteux, moins gourmand en eau et leur bilan carbone est faible.

“Les enfants n’ont aucun problème à manger des insectes mais les adultes ayant acquis des habitudes alimentaires en ont et seul le fait de goûter et d’essayer peut les faire changer d’avis”, a-t-il expliqué en ajoutant que “le problème est psychologique.”

Pour vaincre les réticences, il a donc organisé des conférences, des séances de dégustation et des ateliers de cuisine animés par un chef et projette désormais de sortir un livre de recettes.

“Ce sont des aliments sains, dont la valeur nutritionnelle est élevée et qui sont très bénéfiques pour les personnes âgées”, a indiqué Margot Callis, dont la famille gère un élevage d’insectes destinés jusqu’ici à nourrir des oiseaux, des lézards ou des singes, près de l’université.

La productrice ne peut cependant pas consommer les petites bêtes qu’elle élève, en raison d’une allergie.

Duyugu Tatar, une consultante en technologies de l’information qui a récemment participé à des ateliers organisés par l’université, s’est montré moins enthousiaste après la dégustation.

“Le goût n’était pas si horrible (...). C’était croquant. Le goût ne ressemblait pas à des aliments habituels. Ni la viande, ni les légumes, ni les fruits. Peut-être un peu comme des cornflakes”, a-t-elle témoigné.

Myriam Rivet pour le service français

Répétition titre de la photo. / Pot de vers dans l'école de chefs cuisiniers de Rijn Ijssel à Wageningen. Le chercheur néerlandais Arnold van Huis préconise de manger des insectes car, selon lui, à quantité égale, ils contiennent davantage de protéines que le bétail. Par ailleurs, leur "élevage" est moins coûteux, moins gourmand en eau et leur bilan carbone est faible, plaide-t-il. /Photo prise le 12 janvier 2011/REUTERS/Jerry Lampen

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below