September 20, 2010 / 6:39 PM / in 8 years

La Russie n'aura bientôt plus UN kopeck

MOSCOU (Reuters) - La Russie va sans doute renoncer à la pièce d’un kopeck, dont la fabrication coûte 47 fois sa valeur intrinsèque, mais certains hommes politiques ont fait valoir que supprimer d’autres petites pièces comme celle de cinq kopecks risquerait d’alimenter l’inflation.

Employée comptant des kopecks dans un bureau de change de Moscou. La Russie va sans doute renoncer à la pièce d'un kopeck, dont la fabrication coûte 47 fois sa valeur intrinsèque, mais certains hommes politiques ont fait valoir que supprimer d'autres petites pièces comme celle de cinq kopecks risquerait d'alimenter l'inflation. /Photo d'archives/REUTERS/

La banque centrale souhaite cesser de frapper les pièces d’un et de cinq kopecks, en invoquant leur coût de fabrication et le fait qu’elles ne servent presque à rien.

La commission des marchés financiers de la Douma d’Etat (chambre basse du parlement) s’est prononcée lundi pour l’arrêt de la fabrication de la pièce d’un kopeck.

Le coût de fabrication de chaque pièce de cinq kopecks et quant à lui de 69 kopecks.

Toni Vorobiova, Eric Faye pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below