May 29, 2020 / 12:25 PM / 2 months ago

TEST!Pékin renouvelle ses menaces contre Taiwan

La Chine attaquera Taiwan s'il n'y a pas d'autre moyen de l'empêcher de devenir indépendant, a prévenu vendredi l'un des plus hauts généraux du pays, accentuant ainsi la menace d'un recours à la force contre l'île considérée par Pékin comme une province rebelle. /Photo d'achives/REUTERS/Ann Wang

PEKIN (Reuters) - La Chine attaquera Taiwan s’il n’y a pas d’autre moyen de l’empêcher de devenir indépendant, a prévenu vendredi l’un des plus hauts généraux du pays, accentuant ainsi la menace d’un recours à la force contre l’île considérée par Pékin comme une province rebelle.

Le gouvernement de Taipeh a réagi à ces déclarations en dénonçant des menaces contraires au droit international. Le peuple taiwanais ne choisira pas la dictature et ne se soumettra pas à la violence, a averti le conseil des affaires continentales de Taiwan dans un communiqué.

S’exprimant au Grand Palais du Peuple de Pékin à l’occasion du 15e anniversaire de la loi anti-sécession, Li Zuocheng, chef du département d’état-major interarmées et membre de la commission militaire centrale, a menacé de recourir à cette loi de 2005 qui donne à la Chine les bases juridiques d’une action militaire contre Taiwan si ce dernier fait sécession ou semble sur le point de le faire.

“Si la possibilité d’une réunification pacifique échoue, les forces armées populaires prendront, avec l’ensemble de la nation, y compris le peuple de Taiwan, toutes les mesures nécessaires pour écraser avec détermination tout complot ou action séparatiste”, a-t-il déclaré.

Même si Pékin a souvent utilisé une rhétorique guerrière pour intimider Taiwan, il est plutôt rare qu’un officier supérieur en poste le fasse de manière aussi explicite et en public.

La Chine se méfie particulièrement de la présidente taiwanaise Tsai Ing-wen, réélue haut la main en janvier dernier et considérée par Pékin comme une séparatiste déterminée à proclamer l’indépendance de l’île.

La semaine dernière, dans un discours prononcé à l’ouverture de la session annuelle de l’Assemblée nationale populaire (ANP), le Premier ministre chinois Li Keqiang s’était abstenu d’utiliser l’adjectif “pacifique” en évoquant la volonté d’une “réunification” avec Taiwan, un glissement sémantique qui suggérait déjà un changement de position.

Yew Lun Tian, avec Yimou Lee à Taipei; version française Claude Chendjou, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below