August 1, 2018 / 5:19 AM / 2 months ago

Air France-KLM-T2 mieux que prévu, projet de JV avec Air Europa

* Bénéfice opérationnel en repli à E345 mlns au T2 (consensus E271 mlns

* Hausse inattendue de 1,7% de la recette unitaire au T2

* La possible JV avec Air Europa couvrirait l’Atlantique Sud

par Cyril Altmeyer et Laurence Frost

PARIS, 1er août (Reuters) - Air France-KLM, qui cherche un nouveau PDG depuis trois mois, a annoncé mercredi des résultats trimestriels supérieurs aux attentes grâce une hausse inattendue de ses recettes unitaires, aidé par une conjoncture plus favorable que prévu pour le transport aérien.

Le groupe franco-néerlandais, perturbé par la crise sociale chez Air France à l’origine du départ de son ex-PDG Jean-Marc Janaillac, a dit mi-juillet à ses salariés qu’il comptait attendre septembre prochain pour la mise en place d’une nouvelle gouvernance.

Le directeur financier Frédéric Gagey, qui fait partie d’un triumvirat exécutif intérimaire aux côtés du directeur général d’Air France Franck Terner et du PDG de KLM Pieter Elbers, n’a pas souhaité se prononcer sur l’évolution du processus de nomination mené par la présidente non exécutive Anne-Marie Couderc.

En attendant, Air France-KLM cherche à compléter sa stratégie de développement en se renforçant sur l’Atlantique sud par un projet de coentreprise avec Air Europa, au réseau très dense en Amérique du Sud, poursuivant une forme de consolidation d’un secteur aérien encore fragmenté.

“Dans l’impossibilité de pouvoir réellement consolider des compagnies entre pays différents, c’est à travers ces coopérations qu’on essaie (...) de participer indirectement mais avec une méthode qui a fait ses preuves en matière de consolidation du secteur de transport aérien”, a dit Frédéric Gagey à des journalistes.

Air France-KLM et Air Europa, partenaires depuis 2003, sont encore en train d’étudier en profondeur les implications juridiques de ce possible accord afin qu’il respecte toutes les législations et régulations concernées, précise le groupe dans un communiqué.

Cette coentreprise, qui complèterait le partenariat noué avec la compagnie brésilienne Gol, offrirait à Air France-KLM le pendant de sa coentreprise sur l’Atlantique nord avec Delta Air Lines, dont la nouvelle version, incluant désormais Virgin Atlantic doit entrer en vigueur le 1er avril 2019.

AIR FRANCE AIDÉ PAR LES GRÈVES À LA SNCF

Au deuxième trimestre, Air France-KLM a accusé une baisse de 171 millions d’euros de son bénéfice d’exploitation à données comparables, à 345 millions, imputable à la forte dégradation de la marge d’Air France, mais a toutefois fait mieux que prévu, les analystes financiers ayant tablé en moyenne sur 261 millions d’euros selon un consensus fourni par l’entreprise elle-même.

Le groupe a eu la bonne surprise d’enregistrer une croissance de 1,7% de sa recette unitaire à change constant, plus forte encore que celle du premier trimestre (+1,2%), alors que le groupe n’espérait qu’une stagnation, profitant à la fois des grèves à la SNCF et d’un marché long-courrier bien orienté.

La tendance devrait se poursuivre d’ici novembre, avec des hausses de coefficients d’occupation sur les réservations en long-courrier pour les quatre prochains mois par rapport à la période correspondante de 2017, permettant à Air France-KLM de prévoir une hausse de sa recette unitaire sur l’ensemble de 2018.

Air France-KLM a confirmé anticiper une croissance de 2,5% à 3,5% de ses capacités cette année, une prévision revue en baisse au printemps pour prendre en compte l’impact de 15 jours de grève chez Air France au premier semestre dont le coût est désormais chiffré à 335 millions d’euros.

A cause des grèves, le groupe, qui veut faire des économies, a vu son coût unitaire augmenter de 2,4% au deuxième trimestre, après une hausse de 2,1% au premier trimestre.

Air France-KLM a réaffirmé viser pour cette année une stagnation, voire une hausse de 1% des coûts unitaires, à change, prix du carburant et charges de retraites constant, au lieu de la baisse envisagée en début d’exercice.

La facture carburant devrait augmenter plus que prévu, d’environ 450 millions d’euros en 2018, en incluant un résultat positif de couverture de 850 millions de dollars. (édité par Benoît Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below