31 juillet 2009 / 05:53 / il y a 8 ans

LEAD 3 PPR fait mieux qu'attendu au S1, le titre s'envole

* Stabilisation des marges grâce aux réductions de coûts

* Baisse moins forte que prévu des ventes de Gucci au T2

* Ni acquisitions ni cessions dans les conditions actuelles

(Actualisé avec détails et commentaires d‘analystes)

Par Pascale Denis

PARIS, 31 juillet (Reuters) - PPR (PRTP.PA) a publié vendredi un résultat opérationnel meilleur que prévu et annoncé une stabilisation de sa marge grâce à d‘importantes réductions de coûts, alors que ses ventes ont poursuivi leur recul.

Le résultat opérationnel courant du groupe de luxe et de distribution a baissé de 4,8% à 707 millions d‘euros, un chiffre nettement supérieur au consensus établi par Reuters (620 millions d‘euros) et sa marge s‘est stabilisée à 7,7%.

Le marché a salué des résultats qui, selon les analystes, sont de bon augure pour le deuxième semestre. Le titre s‘adjuge 9,8% à 78,04 euros vers 12h00, alors que le CAC est stable et que l‘indice sectoriel .SXIP avance de 1,0%.

“Le groupe est en bon ordre de marche pour le 2e semestre, qui profitera aussi d‘une base de comparaison plus favorable. En plus, le consensus était très bas”, remarque un analyste pour qui la forte hausse du titre reflète la révision à venir des estimations d‘analystes pour l‘exercice 2009.

Des rachats de positions à découvert dopent aussi la hausse, ajoute-t-il.

François-Henri Pinault, P-GG du groupe, a évoqué lors d‘une conférence de presse “une des meilleures performances dans l‘histoire du groupe (...) malgré l‘impact de la crise sur le chiffre d‘affaires qui a pâti de la dégradation généralisée des marchés”.

PPR, engagé dans un vaste plan de réduction de ses coûts depuis 2008, a réduit ses charges de 106 millions d‘euros au premier semestre, a précisé Jean-François Palus, directeur financier.

EFFETS AU 2E SEMESTRE

“Nous récoltons les fruits de notre plan d‘action. Il s‘agissait à court terme de préserver la rentabilité et la marge brute, de réduire les coûts et de libérer du cash flow. Ces objectifs sont atteints”, a poursuivi François-Henri Pinault.

Il a précisé que l‘essentiel des effets des réductions de coûts se ferait sentir au 2e semestre et en 2010.

“La moindre reprise économique aura des impacts très significatifs sur les résultats”, a-t-il lancé, réaffirmant également que l‘heure n’était ni aux acquisitions ni aux cessions d‘actifs [ID:nWEA3985]

PPR annoncé avoir dégagé des flux nets de trésorerie de 144 millions d‘euros (contre 65 millions un an plus tôt) et avoir amélioré de 131 millions son cash flow libre opérationnel.

Les plans de restructuration et d’économies ont permis aux marges opérationnelles de se stabiliser dans la distribution (Conforama, Fnac et Redcats).

Mais dans le luxe, la marge a reculé de deux points pour la seule marque Gucci (à 26%), qui compte pour l‘essentiel des profits du pôle. Bottega Veneta a pour sa part vu sa rentabilité fortement baisser (près de 3 points), tandis qu‘Yves Saint-Laurent a creusé sa perte opérationnelle à 17 millions.

Les marges de Puma, dont PPR détient 68%, se sont elles aussi dégradées (-1,5 point) à 13,7%.

Pour la première fois depuis 10 ans, elles ont également fléchi (-0,7 point) chez CFAO, le pôle de distribution pharmaceutique et automobile en Afrique.

LA BAISSE DU C.A S‘ACCELERE AU T2

Le chiffre d‘affaires a quant à lui reculé de 5,9% en données comparables à 9.235 millions (consensus Reuters de 9.159 millions). Sur le seul deuxième trimestre, les ventes ont accentué leur recul à 6,9% (après une baisse de 4,9% au premier) conformément aux attentes.

Dans le luxe, les ventes ont poursuivi leur repli, reculant de 3,9% au 2e trimestre (-3,4% au premier).

Pour la seule marque Gucci, cependant, elles ont baissé (-2,3% alors qu‘elles avaient légèrement progressé au premier trimestre). Le recul a toutefois été moins fort qu‘attendu par les analystes, qui anticipaient des baisses comprises entre 4% et 6% en données comparables.

La marque phare du groupe a particulièrement souffert au Japon, mais aussi en Amérique du Nord, tandis que ses ventes ont fortement progressé dans le reste de l‘Asie et ont légèrement augmenté en Europe. Jean-François Palus a précisé que la maroquinerie de la marque dans le réseau des magasins du groupe avait augmenté de 6% au 2e trimestre à changes constants.

Dans la distribution, la baisse des ventes s‘est accélérée chez Redcats et Conforama, dans une conjoncture toujours difficile, tandis que celles de CFAO n‘ont pas été épargnées par la crise automobile en Afrique.

Le résultat net hors éléments exceptionnels a reculé de 18,7% à 281 millions d‘euros.

Edité par Jean-Michel Bélot et Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below