31 mars 2009 / 08:13 / dans 9 ans

LEAD 2 Eurazeo, prudent pour investir, rassure sur les covenants

* Des capacités pour investir, mais pas trop tôt

* Pas de rupture de “covenants” anticipée en 2009

* Soutien à la stratégie d‘Accor (ACCP.PA)

par Pascale Denis

PARIS, 31 mars (Reuters) - Eurazeo (EURA.PA) ne veut pas se précipiter pour investir, malgré la baisse des valorisations, et n‘anticipe pas, cette année, de rupture dans les covenants bancaires des sociétés qu‘elle contrôle.

La société d‘investissement, actionnaire majoritaire ou de référence d‘Apcoa, de B&B Hotels, d‘Europcar, Rexel (RXL.PA) (21%), ANF, Elis, Accor (ACCP.PA) (28,2% du capital, de concert avec le fonds Colony) et Danone (DANO.PA) (5,2%), dit disposer de 1,6 milliard d‘euros de disponibilités financières.

“Nous avons donc la capacité d‘accompagner le développement de nos filiales et de recommencer à investir. Mais pas trop tôt. Il vaut mieux arriver un peu plus tard qu‘investir trop tôt et accuser des baisses”, a déclaré mardi Patrick Sayer, le président du directoire d‘Eurazeo, lors d‘une conférence consacrée aux résultats annuels du groupe.

Il a précisé que les ressources disponibles recouvraient à la fois des liquidités, des titres cotés encore cessibles, des capacités de tirage sur son fonds de co-investissement ainsi que des capacités d‘endettement, avec une ligne de crédit “intacte” totalisant un milliard d‘euros et disponible jusqu‘en 2012 et 2013.

“Je préfère commencer à sentir un ‘trend’ positif, quitte à perdre les 5 à 10 premiers pour cent”, a-t-il ajouté.

Patrick Sayer a également déclaré, en réponse à une question, ne pas anticiper de rupture des covenants (clauses attachées aux prêts bancaires) de ses sociétés en 2009, sauf “scenario extrême” de dégradation de la conjoncture économique.

“La rupture de ces covenants, c‘est le risque principal qui pèse sur Eurazeo, qui serait alors obligé d‘injecter du cash dans ses sociétés”, souligne un analyste.

Le président du directoire a également jugé “convenable” le levier du groupe et rappelé que les dettes des sociétés en portefeuille étaient sans recours sur Eurazeo.

SOUTIEN A LA STRATEGIE D‘ACCOR

Patrick Sayer a réaffirmé soutenir pleinement la stratégie d‘Accor et assuré ne pas vouloir démanteler le groupe hôtelier. Fin février, le président du conseil d‘administration d‘Accor a démissioné, ainsi que cinq autres administrateurs, invoquant la remise en cause, par le tandem Eurazeo-Colony, de l’équilibre de la gouvernance du groupe [ID:nLC972323] et [ID:nLO691938].

Eurazeo, qui a publié lundi soir des résultats annuels globalement en ligne avec les attentes, a soulagé le marché avec l‘annonce d‘un maintien de son dividende à 1,20 euro par action.

Vers 12h50, le titre avance de 6,88% à 20,28 euros à la Bourse de Paris. Il a perdu 41% depuis le début de l‘année et 60% en 2008.

Le groupe a aussi, pour la première fois, rendu public cette année son actif net réévalué (ANR), ressorti à 53,4 euros par action fin 2008 et à 44,6 euros à la fin mars 2009.

Patrick Sayer a justifié cette décision par la “forte volatilité du marché et la décote du cours de Bourse” et a précisé que la baisse de l‘ANR au premier trimestre 2009 était supérieure à celle de la valeur des actifs cotés en raison du coût de la structure financière de portage de ces titres.

La société d‘investissement a accusé une perte nette part du groupe de 61 millions d‘euros en 2008, alors que le résultat 207 avait été soutenu par d‘importantes plus-values de cession (pour 604 millions d‘euros) sur Eutelsat et Fraikin.

En 2008, les plus-values de cession ont totalisé seulement 302,8 millions d‘euros, dont 145 millions sur la vente de titres Veolia (VIE.PA), 35 millions sur Air Liquide (AIRP.PA) et 28 millions sur la cession d‘actions Danone (DANO.PA).

En revanche, Eurazeo a enregistré des dépréciations de 77 millions sur le gestionnaire de parkings Apcoa et a entièrement déprécié son investissement (144,6 millions d‘euros) dans Stations Casinos, compte tenu de la sévérité de la crise touchant le secteur des casinos et de l‘immobilier à Las Vegas.

Il a aussi provisionné 53,3 millions (soit environ la moitié de sa participation) sur son fonds Colyzeo 2, du fait de la chute du cours de Carrefour (CARR.PA) dans lequel il a investi.

Le résultat opérationnel s‘est inscrit à 495,4 millions d‘euros contre 1.460,4 millions un an plus tôt.

Edité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below