30 avril 2009 / 05:45 / il y a 9 ans

LEAD 2 Scor - Le T1 impacté par les marchés et la tempête Klaus

* Résultat net en baisse de 30%, C.A. en progression de 15%

* Coût de la tempête Klaus de 55 millions d‘euros

* Résistance des capitaux propres, en hausse de 5,4%

(actualisé avec les déclarations de Denis Kessler à Reuters)

par Pascale Denis

PARIS, 30 avril (Reuters) - Scor (SCOR.PA) a vu ses résultats du premier trimestre affectés par des dépréciations d‘actifs, un recul des produits de placement et le coût de la tempête Klaus, mais a fait état d‘un chiffre d‘affaires en forte progression et d‘une solide résistance de ses fonds propres.

Le résultat net du 5e réassureur mondial est ressorti à 93 millions d‘euros (133 millions un an plus tôt), après un impact fiscal positif de 100 millions d‘euros provenant d‘une réactivation d‘impôts différés liée au retour à la rentabilité de ses activités américaines.

Son résulat opérationnel a accusé une perte de 3,0 millions d‘euros après des dépréciations d‘actifs de 156 millions liées à la baisse des marchés, en ligne avec les attentes de certains analystes. Hors dépréciations, il serait ressorti à 153 millions d‘euros.

Ses primes brutes émises se sont en revanche inscrites en forte hausse (+15,4%) à 1.561 millions d‘euros, dans un marché de la réassurance bien orienté.

“Il est évident que le groupe est en train de gagner des parts de marché”, a déclaré à Reuters Denis Kessler, P-DG de Scor, lors d‘une interview à Reuters.

Il a précisé que la très forte progression des primes s‘expliquait par la comptabilisation, au premier trimestre, de contrats signés en 2008 et a confirmé sa prévision d‘une croissance de ses primes d‘environ 6% sur l‘année.

“La hausse de nos primes démontre ce que nous disons depuis un moment, à savoir que la réassurance est contra-cyclique et qu‘elle bénéficie d‘une hausse de la demande avec le ralentissement économique”, a-t-il ajouté.

Scor a précisé que ses renouvellements de traités en réassurance non vie du mois d‘avril s’étaient soldés par des hausses de tarifs de 4,1%, après une progression de 3,3% en janvier.

CROISSANCE ENDOGENE

Denis Kessler a également confirmé à Reuters les objectifs de rentabilité et de solvabilité du plan stratégique 2008-2012 de Scor (rendement des fonds propres de 900 points de base au-dessus du taux sans risque, niveau de notation financière A+ d‘ici 2010).

Le groupe a vu sa note de solidité financière relevée, à la mi-mars, de A- à A par l‘agence Standard & Poor‘s.

Interrogé sur d’éventuelles opérations de croissance externe, Denis Kessler a indiqué que Scor était “extrêmement concentré sur une croissance endogène dans un marché très porteur”.

Il a précisé que Scor était “très faiblement exposé” à la grippe porcine qui sévit au Mexique, compte tenu de sa très faible part de marché dans les pays exposés.

Il a également jugé “très faible” le risque que l’épidémie se transforme en pandémie, compte tenu de la rapidité et des mesures prises au niveau international pour endiguer le virus.

Denis Kessler a aussi mis l‘accent sur le niveau des fonds propres du groupe, qui ont augmenté de 185 millions d‘euros à 3.601 millions d‘euros.

“Ce qui est très important, c‘est que nous avons des capitaux propres qui ont augmenté et qui sont revenus à leur niveau du début de la crise, alors que tous nos actifs sont évalués en valeur de marché”, a-t-il souligné.

Leur rentabilité est ressortie à 11,1% au premier trimestre, contre 15,7% en 2008.

COUT DE LA TEMPETE KLAUS

En réassurance non vie, le ratio combiné, qui rapporte les frais et les coûts des sinistres aux primes perçues, s‘est dégradé à 99,4% (contre 98,4% un an plus tôt), impacté par le coût de la tempête Klaus qui a touché l‘Europe en janvier et qui s‘est élevé, pour Scor, à 55 millions d‘euros avant impôts.

Son niveau est cependant jugé “solide” par les analystes de JP Morgan, qui salue également celui des fonds propres.

En vie, la marge opérationnelle a reculé à 4,5%, touchée par la baisse des revenus d‘investissements liée à la politique de placements très prudente choisie par Scor, qui a ramené à 3% son exposition aux actions. Hors pertes nettes liées aux investissements, la marge ressort à 6,4%.

Le groupe, qui publiait aussi le niveau de la valeur intrinsèque (embedded value) de ses activités de réassurance vie pour 2008, a fait état d‘une EEV (european embedded value) de 1,7 milliard d‘euros, en hausse de 4% par rapport à 2007.

Le titre avance de 3,7% à 15,555 euros à la Bourse de Paris vers 10h10, pour une capitalisation boursière de 2,8 milliards d‘euros.

La valeur affiche un recul limité à 7,6% depuis le début de l‘année, surperformant largement l‘indice sectoriel européen de l‘assurance .SXIP qui perd 16,3% sur la période.

Edité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below