31 juillet 2009 / 05:47 / il y a 8 ans

LEAD 2 Safran gagne plus de 10% après résultats, prévisions

* Résultat opérationnel supérieur aux attentes au S1

* Vise le haut de sa fourchette de prévisions de marge 2009

* Le titre bondit de plus de 10%

Par Jean-Michel Bélot

PARIS, 31 juillet (Reuters) - Safran (SAF.PA)a annoncé vendredi des résultats semestriels supérieurs aux prévisions bien qu‘affectés par la crise du transport aérien et a indiqué qu‘il devrait atteindre le haut de sa fourchette de prévisions de marge opérationnelle 2009.

De ce fait, le titre a bondi de plus de 10% à l‘ouverture de la Bourse de Paris. Vers 9h15, il gagnait encore 9,7% à 10,93 euros, portant à 13,4% ses gains depuis le début de l‘année.

Le résultat opérationnel courant du groupe, spécialisé dans les équipements et les moteurs d‘avions, a atteint 324 millions millions d‘euros (contre 328 millions un an plus tôt) avec un chiffre d‘affaires de 5.149 millions (+1,8%).

Le résultat net a progressé de 80% à 281 millions (0,70 euro par action).

Les analystes tablaient en moyenne sur un résultat opérationnel de 292 millions d‘euros, avec un chiffre d‘affaires de 5.076 millions et un résultat net de 157 millions, selon le consensus Reuters Estimates.

Le groupe vise désormais une marge opérationnelle de l‘ordre de 6%, dans le haut de la fourchette établie en début d‘année (5% à 6%) avec un chiffre d‘affaires stable, à comparer à 10,3 milliards d‘euros l‘an passé.

“Ces chiffres devraient rassurer le marché sur la résistance des résultats du groupe”, souligne Olivier Brochet, analyste chez Natixis Securities.

Au premier semestre 2009, le groupe a dégagé une marge opérationnelle de 6,3% contre 6,5% un an plus tôt (6,3% sur la totalité de 2008).

Le groupe a bénéficié d‘un impact devises favorable (38 millions d‘euros, essentiellement lié à l’évolution de la couverture euro/dollar qui est passé de 1,46 au 1er semestre 2008 à 1,43 au 1er semestre 2009), ainsi que de l‘effet périmètre positif qui s‘est élevé à 11 millions.

Le groupe a amélioré ses couvertures de change, avec une parité de 1,43 dollar pour un euro en 2009, 1,525 dollar en 2010, 1,40 dollar en 2011, 1,32 dollar en 2012 , avec pour objectif d‘améliorer sa couverture à 1,48 dollar en 2010 (au lieu de 1,5250).

Hors ces effets positifs de changes et de périmètre, l’évolution du résultat opérationnel aurait été de -46 millions au premier semestre. Toutefois, le groupe souligne que cette évolution ne doit pas être considérée comme une tendance structurelle, la base de comparaison au 1er semestre 2008 ayant été particulièrement favorable. Elle traduit la baisse de l‘activité moteurs civils à dollar constant et le recul brutal de l‘activité équipements de première monte dans le segment des avions régionaux et d‘affaires. Cette évolution tient également compte d‘une dépréciation d‘actifs incorporels de 33 millions liés au programme de motorisation de l‘A400M, le programme d‘avion de transport militaire européen en difficultés, piloté par Airbus, la filiale aéronautiques d‘EADS EAD.PA.

“Les gains de productivité très significatifs, dont la réduction des frais généraux enregistrés sur la période, compensent une bonne partie de ces effets”, souligne Safran.

“Ce premier semestre conforté par l‘avancement de plans d‘adaptation de nos structures de coûts (réduction des frais généraux, gestion optimisée des emplois), nous permet, malgré l‘environnement, d’être confiants dans l‘atteinte d‘un niveau de rentabilité opérationnelle pour l‘exercice 2009 de l‘ordre de 6%, dans le haut de la fourchette établie en début d‘année”, a déclaré le P-DG Jean-Paul Herteman dans un communiqué.

Ce semestre a été marqué par la proportion croissante des services dans le chiffre d‘affaires des activités aéronautiques du groupe et par un développement significatif des activités de sécurité. La part des services atteint 47% du chiffre d‘affaires des activités Propulsion aéronautique et spatiale et 32% des activités Equipements aéronautiques.

Safran contrôle à parité avec l‘américain General Electric (GE.N), le motoriste CFM International qui assure notamment la fabrication de tous les réacteurs du monocouloir 737 de Boeing (BA.N) ainsi que certains modèles d‘Airbus.

Le free cash flow du groupe a progressé nettement à 164 millions d‘euros contre 39 millions au premier semestre 2008 avec une dette nette quasi stable à 690 millions, soit 16% des capitaux propres.

Jean-Michel Bélot, édité par Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below