27 février 2009 / 13:22 / il y a 9 ans

LEAD 2 Citigroup - L'Etat pourrait détenir 36% du capital

par Jonathan Stempel et David Lawder

WASHINGTON, 27 février (Reuters) - Le Trésor américain a annoncé vendredi qu‘il convertirait une partie des titres préférentiels de Citigroup (C.N) en actions ordinaires, décision qui pourrait porter sa participation dans la banque à 36%.

Jusqu’à 25 milliards de dollars de titres préférentiels seront ainsi en principe convertis, ce qui aura pour effet de diluer de manière spectaculaire les participations des autres actionnaires. Citigroup ne versera pas de dividende sur ses actions ordinaires et préférentielles et s‘est engagé à remanier son conseil d‘administration.

Washington aura ainsi un droit de regard non négligeable sur la gestion de la banque, tout en ne pratiquant pas une véritable nationalisation de l’établissement.

“L‘Etat est le nouveau patron”, réagit Mike Holland (Holland & co). “Toute décision majeure ne viendra pas de Park Avenue mais de Washington”.

Citigroup a dit de son côté qu‘il avait enregistré une charge de près de neuf milliards de dollars durant le trimestre le plus récent. C‘est une charge de dépréciation de la survaleur et de la filiale Nikko Asset Management au Japon. La charge augmente la perte du quatrième trimestre à plus de 17 milliards de dollars et la perte annuelle de Citigroup à 27,7 milliards.

“Cet apport en capital devrait écarter les problèmes de confiance, même dans un environnement tendu”, a réagi le directeur général Vikram Pandit.

Citigroup aura ainsi bénéficié de trois coups de pouce de l‘Etat depuis octobre. La banque a émis précédemment pour 45 milliards de dollars de titres préférentiels et obtenu une garantie de limitation des pertes sur 301 milliards de dollars d‘actifs toxiques.

Citigroup proposera d’échanger des actions ordinaires à hauteur de 27,5 milliards de dollars de ses titres préférentiels à raison de 3,25 dollars par titre, et le Trésor fera contrepartie à hauteur de 25 milliards de dollars, pour autant que les investisseurs privés fassent de même.

La banque précise que l‘opération de conversion pourrait résulter en un flottant de 21 milliards d‘actions contre 5,5 milliards actuellement. Son ratio “tangible common equity”, une mesure devenue très prisée des analystes américains, passerait à 5,4 à 8,1% contre 3% au quatrième trimestre.

Elle précise que les investisseurs que sont le prince saoudien Alwalid bin Talal, Singapore Investment Corp, Capital Research and Management et autres ont accepté d’échanger leurs titres préférentiels.

Citigroup et d‘autres grandes banques doivent subir bientôt des “stress tests” pour évaluer leur capacité à faire face à une grave récession et déterminer si elles doivent encore renforcer leurs fonds propres.

L‘action Citigroup perd plus de 29% à 1,74 dollars en matinée. L‘indice des financières .GSPF cède 3,15% mais il a réduit ses pertes de plus de moitié. Bank of America (BAC.N) recule de 8% à 4,84 dollars. Elle aussi a réduit ses pertes.

Version française Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below