25 juin 2009 / 09:35 / il y a 8 ans

LEAD 2 Crédit agricole chute avec l'ajustement du consensus 2009

* Crédit agricole dit ne pas faire de “profit warning”

* La filiale grecque Emporiki lance un plan de retour à la rentabilité

(Actualisé avec réaction de Casa §4-5, Emporiki §6-7 et analyste §13-14)

par Juliette Rouillon et Matthieu Protard

PARIS, 25 juin (Reuters) - L‘action Crédit Agricole (CAGR.PA) perd plus de 4% jeudi en Bourse alors que le consensus de marché sur les résultats 2009 du groupe apparaît trop élevé, rapportent des analystes et des traders.

“Le consensus est en train de s‘ajuster à la baisse”, rapporte l‘un d‘entre eux. “Il a l‘air un peu haut.”

Vers 12h45, l‘action recule de 4,96%, plus forte baisse du SRD, à 9,04 euros, alors que le CAC 40 cède 1,24% et l‘indice DJ Stoxx des banques .SX7P 1,83%.

“Nous ne faisons pas de profit warning (avertissement sur résultat, ndlr). Les points de vigilance que nous avons sur le groupe, à savoir nos filiales Calyon et Emporiki CBGr.AT, sont clairement identifiés et traités”, a déclaré à Reuters une porte-parole du Crédit agricole.

“Aujourd‘hui même, nous annonçons un ensemble de mesures chez Emporiki visant à restaurer la productivité”, a-t-elle ajouté.

La banque grecque Emporiki, filiale du Crédit agricole, a annoncé jeudi un plan visant à renouer avec les bénéfices d‘ici 2011. Ce plan passera par la réduction de 21% de ses frais généraux et la fermeture de 57 agences entraînant le départ de 1.500 salariés.

Elle a accusé au premier trimestre 2009 une perte nette de 168,7 millions d‘euros après une perte de 492 millions pour l‘exercice 2008.

Suite à une rencontre avec le Crédit agricole, Kepler Capital Markets a par exemple plus que divisé par deux son estimation de résultat net 2009 passée de 1,92 milliard à 945 millions d‘euros.

“A la suite d‘une visite privée, nous estimons qu‘il va falloir sensiblement réduire notre estimation de résultats 2009, en raison de nouvelles pertes sur (sa filiale grecque) Emporiki, de dépréciations liées à la première consolidation d‘Intesa (ISP.MI) (dont elle détient 5,1%) et de l‘extinction de certaines activités à risque de Calyon”, écrit son analyste Pierre Flabbée qui est passé d‘achat à “conserver” sur le titre.

RISQUE DE PERTE SUR LA COUVERTURE SUBPRIME

“Contrairement aux attentes de la direction, le nettoyage du livre de prêts d‘Emporiki au quatrième trimestre 2008 et au premier trimestre 2009 ne sera pas suffisant pour éponger les pertes de la filiale grecque: malgré des provisions de près de 450 millions d‘euros sur ces deux trimestres, nous comprenons que la banque pourrait encore coûter 400 à 500 millions d‘euros jusqu’à ce qu‘elle arrive à l’équilibre en 2011”, poursuit-il.

Concernant Intesa, que Crédit agricole veut consolider pour éviter des dépréciations massives (2,1 milliards d‘euros), poursuit l‘analyste, quelques ajustements de valeur, semble-t-il de l‘ordre de 300 millions d‘euros, devront avoir lieu.

Enfin, Calyon a connu un bon niveau d‘activité au deuxième trimestre, mais la politique prudente de couverture mise en place sur ces extinctions d‘activités a eu un impact négatif au deuxième trimestre, qui ne devrait pas faire beaucoup mieux que l’équilibre, poursuit l‘analyste, qui prévoit un bénéfice net de 110 millions d‘euros pour l‘ensemble du groupe au 2e trimestre.

Selon le consensus Reuters Estimates, les analystes tablent actuellement en moyenne sur un bénéfice net de 1,8 milliard d‘euros en 2009.

Les analystes d‘Oddo s’étonnent du niveau élevé du consensus et rappellent que depuis la publication des résultats du 1er trimestre du Crédit agricole, leur propre estimation de résultat net 2009 est nettement en dessous, à 1,3 milliard d‘euros.

“La seule chose qui est nouvelle est qu‘ils devraient perdre de l‘argent au deuxième trimestre en raison de leur mode de couverture de leur exposition au subprime. Mais je suis étonné que le marché n‘ait pas prévu plus tôt les autres foyers de pertes”, estime Alain Dupuis d‘Oddo Securities.

D‘autres analystes que Kepler revoient également leurs estimations.

Avec la contribution de Blaise Robinson, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below