18 septembre 2008 / 07:06 / il y a 9 ans

LEAD 2 Kingfisher - La Bourse apprécie les mesures de rigueur

LONDRES, 18 septembre (Reuters) - Le groupe britannique Kingfisher (KGF.L) KGF.PA, numéro un européen des magasins de bricolage, a annoncé jeudi une hausse de 23% de son bénéfice semestriel et promis de nouvelles économies pour faire face à une conjoncture plus difficile.

Kingfisher, qui exploite 780 magasins dans neuf pays d‘Europe et d‘Asie (enseignes B&Q au Royaume-Uni et Castorama et Brico Dépôt en France), a réalisé sur le semestre clos le 2 août un bénéfice avant impôt, survaleurs et éléments exceptionnels de 214 millions de livres (272 millions d‘euros) pour la période de 26 semaines close le 2 août.

Les analystes financiers anticipaient en moyenne un résultat de 203 millions selon un consensus établi par la société.

Le chiffre d‘affaires a augmenté de 11% à 5,13 milliards de livres.

En Bourse, Kingfisher gagne plus de 10% à 132,2 pence, en début d‘après-midi, en réaction au maintien des prévisions de certains analystes pour l‘exercice en dépit de la détérioration du marché de l‘immobilier résidentiel britannique.

Les analystes visent pour Kingfisher un bénéfice annuel de 377 millions de livres, selon la moyenne des 18 estimations de Reuters Estimates.

Kingfisher a expliqué que la réduction du nombre de promotions et une hausse de son chiffre d‘affaires à marque propre lui avaient permis d‘améliorer sa rentabilité en France. Au Royaume-Uni, le groupe a réduit de moitié son objectif en matière de hausse des coûts. Ils ne pourront désormais augmenter que de 2%.

Un euro raffermi et une bonne performance en Pologne ont compensé des pertes supérieures aux prévisions en Chine où Kingfisher envisage de fermer ses points de vente déficitaires après plusieurs années de croissance forte.

Les ventes à magasins comparables ont reculé de 2,6%, reflet d‘une chute de 4,8% au Royaume-Uni et d‘une baisse de 0,7% en France.

L‘action Kingfisher a vu sa valeur fondre de moitié en 17 mois, victime du ralentissement de la consommation des ménages en Europe et de la crise immobilière au Royaume-Uni.

REDUCTION DU NOMBRE DE FOURNISSEURS

Le titre a touché en juillet son plus bas niveau depuis 19 ans à 89 pence mais il a rebondi depuis, le marché espérant que le plan de redressement en sept points du directeur général Ian Cheshire dévoilé en juin portera ses fruits.

Ce plan vise à améliorer les marges, réduire les coûts, développer les activités en France et en Europe de l‘Est, tout en fermant des magasins déficitaires en Chine.

Kingfisher a parallèlement conclu le mois dernier un accord de vente de sa filiale italienne pour 560 millions d‘euros, une initiative appréciée par les investisseurs.

Le groupe britannique n‘exclut pas non plus de vendre sa participation de 21% dans l‘allemand Hornbach (HBMG.DE) si on lui en offrait un prix suffisant.

“C‘est un peu comme l‘Italie. On regarderait si on pensait qu‘il y avait une bonne affaire à faire”, a déclaré Ian Cheshire à Reuters après la conférence de presse qui a suivi les résultats.

Cheshire a donné quelques détails de plus sur le plan jeudi. Il a estimé que les dépenses pouvaient encore être réduits au Royaume-Uni en abaissant le coût de rénovation des magasins à 1,5 - 2 millions de livres, contre 2,0 à 2,5 millions précédemment.

Le groupe a aussi identifié 1,2 milliard d‘euros de marchandises chez Castorama et 1,0 milliard de livres de matériel chez B&Q dont il essaie de réduire le nombre de fournisseurs pour obtenir de meilleures conditions.

La semaine dernière, le concurrent britannique de Kingfisher, Homebase HOME.L, a fait état d‘une baisse de 8,3% de son chiffre d‘affaires à magasins comparables pour les 13 semaines à fin août, avec des dernières semaines particulièrement mauvaises.

Ian Cheshire n‘a pas voulu faire de point sur l‘activité en août et septembre, mais a dit aux journalistes qu‘il pensait que les conditions d‘activité pourraient rester difficiles “pendant un certain temps encore”.

L‘action Kingfisher a sous-performé l‘indice DJ Stoxx européen de la distribution .SXRP de 13% environ depuis un an. Elle a terminé à 119,8 pence mercredi, valorisant le groupe autour de 2,8 milliards de livres. /MA/DFO

Mark Potter, version française Marc Angrand et Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below