14 mai 2009 / 17:01 / dans 9 ans

LEAD 1 Ford se dit bien parti pour sortir du rouge en 2011

* Ford se dit bien parti pour atteindre son objectif d‘un retour à l’équilibre en 2011

* La restructuration suit son cours sans besoin de prêts publics

* Le groupe décidé à adapter ses capacités à la demande mondiale

* Le titre Ford gagne plus de 7%

par David Bailey

WILMINGTON, Delaware, 14 mai (Reuters) - Ford (F.N) est en mesure à la fois de boucler son plan de restructuration sans avoir recours à des prêts d‘urgence de l‘Etat fédéral et de renouer avec les bénéfices dès 2011, ont dit jeudi devant des actionnaires des dirigeants du constructeur automobile américain.

La réunion annuelle entre Ford et ses actionnaires à Wilmington (Delaware) intervient deux semaines après le dépôt de bilan de Chrysler et deux semaines avant la date butoir du 1er juin pour General Motors (GM.N), qui doit d‘ici là présenter un plan de restructuration jugé viable par Washington, faute de quoi il connaîtrait le même sort que son concurrent.

Bill Ford, président du seul des trois “Big Three” de Detroit à ne pas avoir sollicité l‘aide des autorités fédérales, a déclaré qu‘il n‘avait jamais connu un environnement aussi difficile en 30 ans de carrière dans l‘industrie automobile.

“La plupart des efforts considérables accomplis (dans le cadre du plan de restructuration de Ford) ont été eclipsés par l‘une des pires crises économiques de l‘histoire. Nous vivons actuel le bouleversement le plus radical et le plus rapide de notre industrie”, a-t-il dit.

De son côté, Alan Mulally, directeur général de Ford, a souligné que le constructeur allait continuer d‘adapter ses capacités à la demande mondiale, ajoutant que le groupe allait également poursuivre le programme de regroupement des concessionnaires dans les zones urbaines.

“Nous avons confiance en notre capacité non seulement de survivre à cette crise mais aussi d‘en sortir comme une entreprise souple, intégrée au niveau mondial et configurée pour une croissance rentable à long terme”, a-t-il poursuivi.

Dans la foulée, Alan Mulally a dit que Ford était bien parti pour, au moins, atteindre l’équilibre en 2011 (hors éléments exceptionnels), voire mieux.

Vers 17h00 GMT, le titre Ford gagnait 6,45% à 5,28 dollars alors que le Dow Jones gagnait 0,72% et que General Motors cédait 4,13% à 1,16 dollar.

En 2008, Ford a subi une perte record de 14,7 milliards de dollars et le constructeur a cumulé 30 milliards de dollars de pertes sur les trois derniers exercices pleins. Sur les trois premiers mois de 2009, la perte a encore été de 1,43 milliard.

Malgré ces chiffres peu réjouissants, les analystes notent que le groupe a réussi à restructurer sa dette, à lever 1,6 milliard de dollars via l’émissions d‘actions nouvelles et à conclure un accord avec le syndicat United Auto Workers (UAW) en en vue de faire baisser les coûts du travail et de diminuer les engagements retraite que verse Ford à un fonds de retraite de ses anciens salariés.

En outre, Ford a vu sa part de marché se stabiliser sur le marché américain au cours des derniers mois et ce dans un contexte où les ventes de nouvelles voitures de l‘ensemble des constructeurs sont au plus bas de quelque 27 ans aux Etats-Unis.

Version française Benoit Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below