3 septembre 2010 / 11:45 / dans 7 ans

France TV-Pflimlin veut des réponses rapides pour la régie pub

* Si la pub est maintenue, pas de privatisation de la régie, redit Pflimlin

* Des directeurs seront nommés pour chaque chaîne

par Cyril Altmeyer

PARIS, 3 septembre (Reuters) - Le nouveau président de France Télévisions Rémy Pflimlin a déclaré vendredi souhaiter avoir “rapidement” des réponses concernant une éventuelle privatisation de la régie publicitaire du groupe. Ces déclarations de Rémy Pflimlin, qui a pris ses fonctions le 23 août, interviennent au moment où La Tribune et Les Echos croient savoir que la suppression de la publicité en journée, prévue pour fin 2011, pourrait être repoussée au-delà de 2012. [ID:nLDE68206U]

“Pour développer une entreprise il faut pouvoir travailler avec des recettes qui soient pérennes, prévisibles et dynamiques”, a-t-il expliqué lors de sa première conférence de rentrée.

“Si une autre décision devait être prise, la privatisation de la régie ne se pose plus”, a-t-il réaffirmé, soulignant qu‘aucun groupe de l‘importance de France Télévision ne contrôle pas sa régie.

“(France Télévisions Publicité) est une entreprise à laquelle nous devons donner des réponses rapidement”, a-t-il lancé.

Un rapport parlementaire sur le sujet est attendu d‘ici fin septembre.

Le temps presse car France Télévisions Publicité doit présenter le 12 octobre les conditions générales de vente (CGV) de ses écrans publicitaires pour 2011.

Selon le plan d‘affaires de France Télévisions, les recettes publicitaires de la régie du groupe - qui continue à diffuser des écrans de 6 h à 20 h - sont prévues à 310 millions d‘euros.

Au premier semestre, France Télévisions Publicité a d‘ores et déjà augmenté ses recettes de 20% comparé à la période correspondante de 2009.

Le groupe bénéficie d‘une reprise du marché de la publicité, notamment télévisée, qui a conduit son concurrent TF1 (TFFP.PA) à relever en juillet une deuxième fois son objectif de chiffre d‘affaires annuel. [ID:nLDE66L24B]

France Télévisions avait suspendu à la mi-avril le processus de vente de sa régie publicitaire, arguant des incertitudes concernant le maintien éventuel de la publicité en journée sur ses antennes après 2011.

Cette décision, considérée comme un baroud d‘honneur du président sortant du groupe public, Patrick de Carolis, faisait suite à une offensive d’élus de la majorité et de l‘opposition contre une suppression totale de la publicité.

France Télévisions avait ouvert en février des négociations exclusives avec le consortium constitué de Lov Group, holding de l‘homme d‘affaires Stéphane Courbit, et de Publicis (PUBP.PA) en vue de la cession de 70% de sa régie publicitaire pour 20 millions d‘euros. La coentreprise est détenue à 60% par Lov Group et à 40% par Publicis.

ÉVITER DES DÉFICITS

Maintenir des écrans publicitaires de 6 heures à 20 heures permettrait de conserver des recettes qui ont atteint 404,9 millions d‘euros en 2009 contre 260 millions d‘euros budgétés à l‘origine.

Ces performances ont aidé France Télévisions à rééquilibrer ses comptes en 2009 avec trois ans d‘avance sur son plan d‘affaires et pourraient lui permettre d’éviter à nouveau un déficit en 2010.

L‘Etat a récupéré l‘an passé un quart de l‘excédent de recettes publicitaires de France Télévisions - soit 35 millions d‘euros - ramenant sa dotation à 415 millions.

Rémy Pflimlin, âgé de 56 ans, président sortant de Presstalis (ex-NMPP), l‘a emporté sur Alexandre Bompard, actuel patron d‘Europe 1 (groupe Lagardère (LAGA.PA)), donné favori car réputé proche du chef de l‘Etat.

L‘une de ses premières décisions a été d’évincer Arlette Chabot de la directeur de l‘information de France Télévisions pour la remplacer par Thierry Thuillier, qui a quitté i>Télé (groupe Canal+ (VIV.PA)).

Rémy Pflimlin est le premier président de France Télévisions nommé par le chef de l‘Etat depuis la dernière réforme de l‘audiovisuel public, qui avait déjà conduit Jean-Luc Hees à la tête de Radio France.

C‘est justement le groupe de radio public qui constitue le “modèle” de Rémy Pflimlin, qui veut nommer des directeurs aux cinq chaînes France 2, France 3, France 4, France 5 et France O.

“Le principe de base de fonctionnement est que la décision revienne à la chaîne c‘est-à-dire à l‘antenne”, a-t-il expliqué.

“Nous allons d‘abord faire un diagnostic précis sur le développement actuel. On va se donner quelques semaines pour trouver l‘organisation la plus fluide qui nous permette de différencier les images de chaines, les rapports à la création et les objectifs stratégiques”, a ajouté Rémy Pflimlin.

L‘un des chantiers prioritaires concerne notamment France 3, que Rémy Pflimlin a dirigé, et que M6 (MMTP.PA) a dépassé en termes d‘audience en août.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below