20 mai 2010 / 16:05 / dans 8 ans

Boeing confiant dans le 787 et la reprise du transport aérien

* Le DG dit constater une amélioration du climat

* Vise un développement mondial de son segment défense

* Confirme ses prévisions de bpa annuel

ATLANTA, 20 mai (Reuters) - Le 787 Dreamliner et les autres programmes développés par Boeing (BA.N) vont soutenir sa croissance au moment même où la demande pour le transport aérien repart à la hausse et que les dépenses de défense ralentissent aux Etats-Unis.

Le numéro deux mondial de l‘aéronautique derrière Airbus, filiale d‘EADS EAD.PA, a également dit qu‘il allait examiner les marchés étrangers pour dénicher des opportunités de croissance sur son segment défense et qu‘il allait mettre en place une stratégie plus mordante pour développer ses services dans l‘aéronautique.

Boeing a toutefois expliqué que son gros porteur 787 affecterait ses marges même s‘il constitue un facteur de croissance à long terme.

Lors d‘une réunion avec des investisseurs, le directeur général du groupe Jim McNerney a dit que son groupe percevait “une amélioration du climat de ses activités, qui n‘est pas encore robuste.”

Selon lui, les programmes 787 et l‘avion-cargo 747-8 sont de bon augure pour Boeing d‘autant que la reprise des activités d‘aérospatiale commerciale s‘accélère. “Il est clair que le groupe prend de l’élan”, a-t-il dit.

Le groupe basé à Chicago a dit être en bonne voie de réaliser la première livraison de son 787 d‘ici la fin de l‘année. Ce gros porteur, économe en carburant, est la clé de la croissance future de Boeing.

Cet avion représente à lui seul 40% des commandes en carnet de l‘avionneur, a précisé Jim McNerney.

En début de semaine, Boeing avait annoncé qu‘il augmenterait la production de son 737, expliquant qu‘il avait constaté une forte demande des compagnies aériennes qui observent elles aussi un rebond de leur activité. Airbus avait précédé son concurrent américain, prévenant qu‘il augmenterait la production de ses A320.

Boeing a confirmé ses ambitieuses prévisions pour 2010, disant tabler sur un bénéfice par action compris entre 3,50 et 3,80 dollars, en incluant les charges relatives à la réforme de l‘assurance santé.

A 15h15 GMT, son titre abandonnait 4,32% à 63,34 dollars.

Karen Jacob, Nicolas Delame pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below