29 avril 2010 / 05:45 / il y a 8 ans

LEAD 2 Pernod relève ses objectifs, optimiste pour les USA

* CA du T3 supérieur aux attentes

* Croissance interne du ROC 2009-2010 vue “autour de 3%”

* Pas d‘acquisitions mais poursuite de la rationalisation du portefeuille de marques

* Augmentation des investissements publicitaires

* Le titre en nette hausse

(Actualisé avec l‘interview à Reuters de Pierre Pringuet, directeur général)

par Noëlle Mennella

PARIS, 29 avril (Reuters) - Pernod Ricard (PERP.PA) a relevé jeudi son objectif de bénéfice d‘exploitation pour l‘exercice 2009-2010 après un chiffre d‘affaires meilleur qu‘attendu au troisième trimestre à la faveur d‘une nouvelle hausse de son activité aux Etats-Unis.

Le numéro deux mondial des vins et spiritueux anticipe désormais une croissance interne “autour de 3%” de son résultat opérationnel courant pour l‘exercice à fin juin 2010, contre une croissance de 1% à 3% précédemment en ligne de mire.

En Bourse, l‘action du groupe a réagi en forte hausse, gagnant 4,2% à 65,65 euros vers 10h20, alors que le CAC 40 ne prenait que 0,5% et que l‘indice sectoriel européen .SX3P montait de 2%.

Dans une interview accordée à Reuters, Pierre Pringuet, le directeur général de Pernod Ricard, a dit tabler sur une poursuite de la part des ventes réalisées par le groupe en Asie, aujourd‘hui la première zone géographique du groupe.

Le directeur général a par ailleurs déclaré qu‘il envisageait une poursuite de l‘amélioration de la situation aux Etats-Unis au quatrième trimestre de l‘exercice en cours.

Globalement, a-t-il poursuivi, “en termes de croissance sous-jacente, on aura un quatrième trimestre une continuation du troisième”.

Sur le troisième trimestre 2009-2010, couvrant les mois de janvier à mars, les ventes de Pernod Ricard ont totalisé 1.538 millions d‘euros, en hausse de 14% à données publiées et de 16% en croissance interne.

Le consensus établi par la rédaction de Reuters faisait ressortir des ventes de 1.450,9 millions d‘euros, avec une croissance organique de 11%.

Le groupe explique sa performance du troisième trimestre par une forte croissance de la consommation dans les économies émergentes ainsi que par une amélioration de la situation sur certains marchés clés comme les Etats-Unis et la Russie.

Il mentionne en outre des effets techniques favorables comme le déstockage au troisième trimestre de l‘exercice 2008-2009 et les décalages calendaires de Pâques et du Nouvel An chinois.

MONTEE EN PUISSANCE DE L‘ASIE

Dans la zone Asie/Reste du Monde, les ventes se sont montées à 1.746 millions d‘euros (+10%, soit une croissance interne de +10%). Leur progression a été de 29% en Inde, de 15% en Chine et de 75% au Viêtnam.

“Globalement, les nouvelles économies, qui représentent un tiers de notre chiffre d‘affaires aujourd‘hui, vont continuer à croître. Ces 33% contre devenir 34%, 35% et ainsi de suite. Cette zone représente un avantage compétitif pour Pernod Ricard”, a commenté Pierre Pringuet.

Dans la zone Amériques, le chiffre d‘affaires du groupe s‘est inscrit à 1.369 millions (-10%, soit une croissance interne de +3%).

Aux Etats-Unis, après un premier trimestre en croissance et un deuxième en repli, le troisième trimestre est de nouveau en progression.

“Aux Etats-Unis, il n‘y a plus de destockage. Nos expéditions sont égales aux destockages des grossistes”, a indiqué Pierre Pringuet. Il a précisé que les ventes dans les bars et restaurants, qui étaient en baisse de 5% à 10%, sont aujourd‘hui stables voire légèrement positives.

“La zone d‘ombre, c‘est l‘Europe”, a poursuivi le directeur général.

De fait, l‘Europe (hors France) affiche des ventes de 1.686 millions d‘euros (-12%, soit une décroissance interne de 6%).

La France (525 millions d‘euros de ventes, en baisse de 1%, soit une croissance interne de 1%) a profité de la bonne tenue du marché off-trade (consommation à domicile) et d‘une moindre baisse du marché on-trade.

Pierre Pringuet a indiqué que les investissements publicitaires, qui ne représentaient en 2008-2009 que 17% des ventes du fait de la crise, devraient remonter cette année “à un niveau normal, c‘est-à-dire aux niveaux de 2007-2008 lorsque ces investissement pesaient entre 17,5% et 18% du chiffre d‘affaires”.

Le directeur général a indiqué que le groupe comptait poursuivre “la rationalisation de son portefeuille de marques” en vendant, à une échéance qu‘il n‘a pas précisée, des marques secondaires. En revanche, il a affirmé que Pernod Ricard ne prévoyait aucune acquisition.

Enfin, interrogé sur les priorités pour 2010-2011, il a simplement répondu: “La consolidation de nos stratégie de marques.”

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below