28 avril 2010 / 06:51 / dans 8 ans

LEAD 3 Scor impacté par les catastrophes naturelles au T1

* Dégradation du ratio combiné

* Progression de la rentabilité en vie

* Nouvelle hausse des capitaux propres

* Pas d‘exposition à la Grèce, Portugal et Espagne

(Actualisé avec conférence téléphonique, cours)

par Pascale Denis

PARIS, 28 avril (Reuters) - Scor (SCOR.PA), qui a vu son résultat net chuter de 61% au premier trimestre sous l‘effet d‘une très lourde sinistralité, a cependant fait état d‘une nouvelle progression de ses fonds propres permise par la hausse de ses revenus financiers.

Au lendemain de la dégradation de la note de la dette grecque en catégorie spéculative par l‘agence Standard & Poor‘s, le cinquième réassureur mondial a affirmé lors d‘une conférence téléphonique n‘avoir aucune exposition aux emprunts grecs, espagnols ou portugais.

Le résultat net du premier trimestre a reculé à 36 millions d‘euros, contre 93 millions un an plus tôt, après une charge avant impôt - déjà annoncée - de 157 millions d‘euros liée aux tremblements de terre au Chili et en Haïti et à la tempête Xynthia en Europe.

Après un chiffre d‘affaires en hausse de 3,3% à 1.613 millions d‘euros (en progression de 4,7% à données constantes dans le dommage et quasiment inchangé en réassurance vie), Scor a précisé avoir engrangé un volume d‘affaires en progression de 14% lors du renouvellement de ses traités du mois d‘avril (10% des renouvellements annuels).

Lors d‘une interview à Reuters, Denis Kessler, PDG du groupe, a estimé que Scor poursuivait sa croissance “dans des conditions techniques satisfaisantes”, sans donner d‘indication sur ses anticipations pour l‘esemble de l‘exercice.

Il a également indiqué que le groupe parvenait à améliorer la rentabilité technique de ses souscriptions malgré un environnement tarifaire “stable voire en légère érosion”. (voir [ID:nWEA8612])

“ABSORBER DES CHOCS MAJEURS”

“Le net est supérieur aux attentes, en raison des plus-values réalisées. La rentabilité technique, retraitée des catastrophes naturelles, pourrait leur permettre de revoir à la hausse leur objectif de rendement des fonds propres”, souligne un analyste.

Scor, dont l‘objectif de moyen terme pour le rendement de ses fonds propres est de 9% aujourd‘hui, doit actualiser ses objectifs financiers à l‘occasion de la publication de son nouveau plan stratégique qui a été reportée de juillet à septembre.

Dans le dommage, le ratio combiné qui mesure la rentabilité technique des souscriptions en rapportant les coûts des sinistres et des frais aux primes encaissées s‘est logiquement dégradé sous l‘effet du coût des catastrophes naturelles, ressortant à 108,6%, contre 99,4% un an plus tôt.

L‘impact des “catnat” sur le bénéfice a été cependant en partie compensé par les résultats de la réassurance vie, dont la marge opérationnelle s‘est redressée à 6,0% contre 4,5% un an plus tôt, à la faveur d‘une hausse des revenus des placements et des plus-values réalisées permises par la progression des marchés.

“Le premier trimestre confirme la capacité du groupe à dégager des résultats positifs grâce à ses deux grands moteurs (dommage et vie) et à absorber des chocs majeurs”, se félicite Denis Kessler, dans un communiqué.

Les plus-values ont atteint 52 millions d‘euros, alors que le groupe avait passé pour 156 millions d‘euros de dépréciations d‘actifs un an auparavant, et les revenus des placements sont ressortis à 3,9% (contre -1,6%) sur des actifs totalisant 20,433 milliards d‘euros.

Scor a également publié l’“embedded value” (valeur intrinsèque) 2009 de ses activités vie, ressortie en progression de 13,7% à 1,9 milliard d‘euros, avec une hausse de 5,2% de ses marges sur affaires nouvelles, en partie permise par l‘acquisition du réassureur vie américain XL Re.

Les capitaux propres, en hausse de 5,1% par rapport à la fin décembre 2009, atteignent 4,1 milliards d‘euros, faisant ressortir l‘actif net du groupe à 22,89 euros par action, contre 21,80 euros au 31 décembre 2009.

Le titre Scor reculait de 1,06% à 17,75 euros à la Bourse de Paris vers 16h05, alors que l‘indice européen de l‘assurance .SXIP cédait 2%. Avec un gain de 1,8% depuis janvier, la valeur surperforme l‘indice, qui recule de 2,6% sur la période.

Elle se traite, selon les estimations des analystes, aux environs de sept fois ses bénéfices estimés pour 2011, contre une moyenne de huit pour le secteur de la réassurance.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below