30 mars 2010 / 07:08 / dans 8 ans

LEAD 2 Wendel veut investir via ses filiales et participations

* Perte nette de 809 millions d‘euros en 2009

* ANR en hausse

* Négociations sur Deutsch en bonne voie

(Actualisé avec précisions, cours)

PARIS, 30 mars (Reuters) - Wendel (MWDP.PA), qui a annoncé mardi une perte nette de plus de 800 millions d‘euros en 2009, entend mettre le cap sur une politique d‘investissement “active et sélective” en 2010 dans un environnement macroéconomique contrasté.

Le président du directoire de la société d‘investissement, Frédéric Lemoine, a précisé lors d‘une conférence téléphonique que les investissements passeraient avant tout par les filiales et les participations du groupe, notamment dans les pays émergents à forte croissance.

Au niveau de Wendel, les montants seront limités dans un premier temps à une centaine de millions d‘euros de capitaux propres, dans des secteurs diversifiants pour le groupe, comme la santé et d‘une façon générale dans les secteurs “assis sur des tendances longues”, a indiqué Frédéric Lemoine.

Le groupe n‘envisage pas de sortir du capital de la société de biotechnologies Stallergènes GENP.PA, a-t-il ajouté en réponse à une question.

Wendel, qui détient 17,5% de Saint-Gobain (SGOB.PA), avait averti au printemps dernier que l‘exercice 2009 se solderait par une perte “significative”.

Elle a atteint 809 millions d‘euros (contre un bénéfice de 227,2 millions un an plus tôt), plombée par des dépréciations massives sur Saint-Gobain.

Le résultat net des activités des sociétés ou participations, impactées par la crise, a chuté quant à lui à 153 millions d‘euros, contre 519 millions un an plus tôt.

L‘actif net réévalué (ANR), doublé par rapport à la fin décembre 2008, ressort à 56,9 euros par action au 23 mars.

“Les chiffres sont sans surprise, l‘ANR est légèrement inférieur à nos attentes”, commente un analyste.

DETTE RÉDUITE

Vers 11h20, le titre Wendel cédait 1,32% à 45,61 euros à la Bourse de Paris dans un marché globalement en légère progression, affichant une hausse d‘environ 7% depuis janvier.

Wendel, noté BB par l‘agence Standard & Poor‘s, avait donné la priorité à son désendettement en 2009 et procédé pour ce faire à d‘importantes cessions d‘actifs totalisant plus d‘un milliard d‘euros. Le groupe a ainsi vendu les activités pétrolières d‘Oranje-Nassau, un bloc de 10% dans Bureau Veritas (BVI.PA) et de plus de 5% dans Legrand (LEGD.PA), pour des plus-values de cession de 626 millions d‘euros.

A la fin 2009, sa dette bancaire contractée pour le financement de sa part dans Saint-Gobain s’élevait encore à 4,53 milliards d‘euros. Sa dette obligataire, qui a fait l‘objet de plusieurs opérations de restructuration et de rallongements de maturités, totalisait 2,7 milliards.

La trésorerie disponible atteignait 1,49 milliard d‘euros, en hausse de 63% par rapport à la fin 2008.

Après un accord sur la rénégociation de la dette de sa filiale Materis (chimie de spécialités), Wendel a indiqué que les négociations sur la restructuration de Deutsch (connecteurs haute performance) étaient en “très bonne voie de finalisation”.

La société proposera un dividende stable à un euro par action.

Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below