11 mars 2010 / 12:50 / il y a 8 ans

LEAD 1 Reprise plus forte que prévue dans l'aérien - IATA

* L‘IATA réduit de moitié ses prévisions de pertes

* Reprise plus forte que prévu avec le retour de la demande

GENÈVE, 11 mars (Reuters) - Les compagnies aériennes pourraient n‘afficher qu‘une perte nette de 2,8 milliards de dollars (2,1 milliards d‘euros) cette année, soit moitié moins que prévu, grâce à une reprise plus forte qu‘attendu, a annoncé jeudi l‘Association internationale du transport aérien (IATA).

Pour 2009, la perte globale est estimée à 9,4 milliards (6,9 milliards d‘euros), indique l‘IATA dans sa prévision financière actualisée.

En décembre, l‘association, qui regroupe environ 230 compagnies dont Air China (601111.SS), Lufthansa (LHAG.DE), Singapour Airlines (SIAL.SI) et Skywest (SKYW.O), estimait que le secteur pourrait perdre 5,6 milliards de dollars nets en 2010 et évaluait les pertes de 2009 à $11 milliards.

L‘IATA estime que les compagnies sont désormais à mi-chemin d‘un retour dans le vert. Le chiffre d‘affaires global du secteur pourrait s’élever à 522 milliards de dollars cette année (382 milliards d‘euros), soit 43 milliards de dollars de plus qu‘en 2009 mais 42 milliards de dollars de moins qu‘en 2008.

Avec des capacités de transport de passagers et de marchandises ayant atteint des niveaux records à la fin de l‘année dernière, tous les indicateurs sont bien orientés et la reprise est bien meilleure qu‘attendu, a déclaré le directeur général de l‘IATA, Giovanni Bisignani.

La reprise, même si elle n‘a pas encore fait sortir les compagnies du rouge, est une bonne nouvelle à la fois pour le secteur aérien, mais aussi pour l‘ensemble de l’économie mondiale, car cela indique que les exportations reprennent, a-t-il ajouté. L‘IATA estime qu‘en valeur 30% du commerce mondial transite par les airs.

La demande pour le transport de passagers augmenterait donc de 5,6% en 2010 après avoir baissé de 2,9% l‘an dernier, tandis que la demande pour le fret aérien bondirait de 12,0% après une chute de 11,1%. Le coefficient d‘occupation des avions, une mesure clé pour le secteur, a atteint 75,9% en janvier pour les passagers et 49,6% pour le fret.

La modification du rapport entre l‘offre et la demande aura pour conséquence le retour d‘un pouvoir de fixation des prix par les compagnies aériennes, ce qui aurait pour effet de faire croître les rendements de 2,0% pour les passagers et de 3,1% pour le fret, après une chute simultanée de 14,0% en 2009. Toutefois, le nombre de passagers voyageant en première classe ou en classe affaires augmente moins rapidement que celui de la classe touriste.

Les performances varient fortement selon les régions, avec en tête l‘Asie et l‘Amérique latine, tandis que les marchés européens et nord-américains sont à la traîne.

Bisignani indique toutefois qu‘il faudra deux à trois ans pour compenser les pertes subies lors de la crise. Il estime que les compagnies ont absorbé $50 milliards (E36,6 milliards) de pertes sur les dix dernières années, et qu‘elles restent toujours confrontées à plusieurs facteurs de risque allant de la conjonture économique à la pression écologiste. La livraison cette année de 1.400 nouveaux appareils fait qu‘il y a aussi selon lui des risques portant sur l‘utilisation des capacités.

Une autre incertitude concerne le prix du pétrole, que l‘IATA voit à $79 le baril en moyenne cette année, soit $17 de plus qu‘en 2009, ce qui porterait la part du carburant dans l‘ensemble des charges d‘exploitation de 24% en 2009 à 26% en 2010.

Jonathan Lynn, Vincent Chauvet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below