26 février 2010 / 12:05 / il y a 8 ans

Bourse - Eiffage perd 3%, la fin de l'année s'annonce incertaine

* Incertitude pour les travaux entre fin 2010 et mi-2011

* Début de reprise du trafic PL cette année

PARIS, 26 février (Reuters) - Eiffage (FOUG.PA) recule en Bourse vendredi après des résultats 2009 en forte baisse et au vu des incertitudes entourant les perspectives d‘activité de la fin 2010.

A 13h00, l‘action du 8e groupe européen de BTP et de concessions perd 3,59% à 33,94 euros, signant la plus forte baisse du SRD.

“La vision (du PDG) Jean-François Roverato reste prudente pour la période qui va de la fin 2010 à la mi-2011, avant le démarrage des grands chantiers”, commente un analyste.

Eiffage a fait état jeudi soir d‘une chute de 35,1% de son bénéfice net à 190 millions d‘euros et dit s‘attendre à ce que son chiffre d‘affaires reste stable en 2010, comme en 2009. (voir [ID:nLDE61O10Y])

Si son carnet de commandes a baissé de 5% à 9,9 milliards d‘euros, il représente toujours près d‘un an d‘activité. La visibilité diminue en revanche vers la fin de l‘année.

“J‘ai une interrogation sur le volume d‘activité entre septembre 2010 et juin 2011”, a souligné le PDG d‘Eiffage, au cours d‘une conférence de presse. “Nous n‘excluons pas, contrairement à l‘an dernier, d’être obligés de recourir à du chômage technique si, après les 1.000 chantiers Devedjian qui vont toucher à leur fin, le relais n’était pas pris.”

Les petits travaux du plan public de relance, les plus rapides à mettre en oeuvre, ont soutenu l‘activité en 2009 mais leur effet risque de s‘essouffler dans le courant de cette année, trop tôt pour faire la jonction avec des grands travaux comme les nouvelles lignes TGV.

“A partir de l‘automne 2011, on peut raisonnablement espérer que les grands projets qui sont en cours d‘examen et de préparation prendront le relais”, a ajouté Jean-François Roverato.

Dans l‘activité de concessions autoroutières, le redressement du trafic de voitures (+2,9% en 2009) devrait se confirmer cette année.

Eiffage prévoit par ailleurs un début de redémarrage dans le trafic de camions, le plus affecté par le ralentissement économique. Celui-ci est attendu en hausse de 4% cette année, après une baisse de près de 13% en 2009.

Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below